Loi Renseignement: des hébergeurs menacent de délocaliser

le
0
Loi Renseignement: des hébergeurs menacent de délocaliser
Loi Renseignement: des hébergeurs menacent de délocaliser

Plusieurs hébergeurs internet français menacent de délocaliser leurs activités pour protester contre l'installation de "boîtes noires" épiant les communications, prévue dans le projet de loi sur le renseignement débattu lundi à l'Assemblée nationale."Pour l'instant on est complètement ignorés par le gouvernement, son intérêt est plus centré sur le contrôle de l'internet que sur l'économie", explique à l'AFP Emile Heitor, directeur technique de l'hébergeur NBS System, implanté à Paris et à Londres.Avec la mise en place d'appareils de contrôle directement chez les opérateurs télécoms, les hébergeurs et les grandes plateformes internet, "ce projet va par certains aspects plus loin que ce que l'on a pu reprocher aux États-Unis avec le Patriot Act", souligne-t-il.OVH, Gandi, IDS, Lomaco et Ikoula, qui font partie des principaux hébergeurs tricolores, ont indiqué jeudi dans un texte commun que si le texte était voté sans amendement ils seraient contraint de déplacer une grande partie de leur infrastructures à l'étranger.Selon Emile Heitor, un tel transfert "est à l'étude, en fonction de l'évolution du projet de loi et des éventuels recours légaux, mais on doit réfléchir aux alternatives car notre modèle économique est en danger".Sa société, qui connaît une croissance supérieure à 30% depuis plusieurs années, vise un chiffre d'affaires compris entre 6 et 8 millions d'euros en 2015."Nous sommes des spécialistes de la sécurité et nous ne pourrions plus nous en targuer si le projet est adopté en l'état", prévient-il.Parmi les griefs des hébergeurs figure le fait que l'installation de ces dispositifs provoquerait la perte automatique de certifications de sécurité, comme la norme PCI/DSS mise en place par Visa et Mastercard, en raison de l'intervention d'une partie tierce dans l'acheminement des données.D'autres interrogations concernent également le coût du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant