Loi pénale : Valls tente de calmer le jeu, Ayrault minimise

le
5
Loi pénale : Valls tente de calmer le jeu, Ayrault minimise
Loi pénale : Valls tente de calmer le jeu, Ayrault minimise

Sa note discrète au président de la République, finalement rendue publique mardi, a provoqué une tornade politique sur laquelle Manuel Valls devait, ce mercredi matin, s'expliquer. Resté jusqu'alors silencieux, le ministre de l'Intérieur a eu le temps de préparer sa réponse, on ne peut plus mesurée. Interrogé sur RTL, l'ambitieux ministre a tenté de calmer le jeu: «Nous travaillons ensemble, avec Christiane Taubira», a-t-il assuré. «Nos équipes ont travaillé ensemble. Il y a un débat, ces notes n'ont pas à être publiques, je le regrette. C'est la procédure normale.» Ce qu'a également martelé le Premier ministre, accusé par Michèle Alliot-Marie d'être «inexistant» dans ce débat.

Le document révélé mardi par Le Monde faisait état d'une demande d'arbitrage à François Hollande face à de nombreux «désaccords» avec le projet de réforme pénale défendu par la garde des Sceaux. Sans grande retenue, Manuel Valls avait taclé sa consoeur qui lui avait à son tour répondu sur le même ton, provoquant des appels à la démission du côté de l'UMP.

« Il n'y a qu'une ligne »

«Il y a une seule ligne, celle définie par le président de la République», a insisté un peu plus tard le ministre de l'Intérieur, à l'occasion d'une conférence de presse. «Nous allons continuer à travailler avec Christiane Taubira main dans la main. Elle et moi nous voulons éviter de retomber dans l'opposition classique entre garde des Sceaux et ministre de l'Intérieur.»

En fin de matinée, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a également minimisé le différent opposant ses ministres de la Justice et de l'Intérieur, affirmant «qu'il n'y pas deux lignes, il n'y en a qu'une» au gouvernement. Comme la veille, le chef du gouvernement a lui aussi évoqué un «processus normal», assurant qu'il recevait des notes de ministres «plusieurs fois par semaine». Il a en revanche jugé «désagréable que les éléments du débat se ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mercredi 14 aout 2013 à 14:39

    ...nono67..le peuple a le droit de savoir qui défend l'intérêt général et qui défend les délinquants?...ou qui défend les minorités lobbyistes/ sépara-tistes, homos et toutiquanti ,...

  • nono67 le mercredi 14 aout 2013 à 13:38

    et pourquoi cela ne doit pas etre publique ? C'est cela leur vision de la démocratie ? La transparence est un devoir des politiques et s'il y a désacord, le peuple a le droit de savoir qui défend l'interet général et qui défend les délinquants.

  • mlaure13 le mercredi 14 aout 2013 à 12:23

    Y aurait-il qq de lucide dans ce gvt ???...A SUIVRE !!!...

  • dhote le mercredi 14 aout 2013 à 10:41

    Quel faux derche, il a du recevoir un coup de fil de FH qui lui aura dit: souviens toi du cas Batho...

  • M7403983 le mercredi 14 aout 2013 à 10:41

    Ca va finir en eau de boudin ... comme l'on dit !! Ou alors Ze Zerait vraiment la grôôoZe ZurpriZe !! Ben Zut alors !!