Loi Macron - Valls : "J'ai décidé d'employer cette arme fatale"

le , mis à jour le
0
Manuel Valls s'exprime lors du JT de TF1, quelques heures après avoir utilisé le 49.3 (photo d'illustration).
Manuel Valls s'exprime lors du JT de TF1, quelques heures après avoir utilisé le 49.3 (photo d'illustration).

20 h 15. Quant à la question des migrants, "il faut que l'Europe se saisisse pleinement de ce problème. Nous devons pouvoir accueillir des demandeurs d'asile, ceux qui fuient la guerre. Ils ont le droit à l'accueil et à l'asile. En même temps, nous devons reconduire à la frontière les immigrés économiques irréguliers qui n'ont pas le droit à l'asile", assène Manuel Valls.

20 h 13. Le mini-remaniement, qui vise à remplacer les secrétaires d'État Geneviève Fioraso et Carole Delga, sera-t-il plus ambitieux ? Le Premier ministre affirme qu'un "remaniement est toujours possible, mais cette équipe travaille bien. Elle a des objectifs : faire vivre le pacte républicain, redresser le pays et le faire repartir de l'avant".

20 h 11. Quid des frondeurs ? "Je crois que ça n'intéresse pas les Français", botte en touche Manuel Valls, qui prône l'union au moment "où nous sommes en train de sortir de la crise". "Le regard sur la France est en train de changer", poursuit-il. "Le chômage ne baisse pas. Toute notre crédibilité est fondée sur le retour de la croissance et de l'emploi. Plus nous aidons les entreprises à embaucher et à créer de l'emploi et plus nous tiendrons nos promesses."

20 h 9. Manuel Valls fait son mea culpa sur l'affaire du Falcon. "Je reste proche des Français. J'ai été pendant onze ans maire d'Évry, mes enfants y sont...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant