Loi Macron : «Une régression» pour Martine Aubry

le
87
Loi Macron : «Une régression» pour Martine Aubry
Loi Macron : «Une régression» pour Martine Aubry

Le projet de loi Macron sur la modernisation de l'économie, présenté ce mercredi en conseil des ministres, est sous le feu des critiques avec la réforme des professions réglementées et l'extension des ouvertures des magasins le dimanche. Si le débat au parlement est prévu à partir du 22 janvier, les réactions sont d'ores et déjà vives. 

Martine Aubry dénonce «une régression». Dans une tribune publiée mercredi sur LeMonde.fr, l'ex-numéro un du PS écrit: «Ce n'est pas une réforme subalterne, c'est un moment de vérité autour de la seule question qui vaille : dans quelle société voulons-nous vivre ?» Et de pursuivre: «Veut-on faire de la consommation - encore plus qu'aujourd'hui - l'alpha et l'oméga de notre société ? La gauche n'a-t-elle désormais à proposer comme organisation de la vie que la promenade du dimanche au centre commercial et l'accumulation de biens de grande consommation ? Le dimanche doit être un temps réservé pour soi et pour les autres». «Je me suis toujours engagée pour un dimanche réservé à la vie : vie personnelle, vie collective. Aujourd'hui, je suis fermement opposée au passage de 5 à 12 dimanches ouverts par an. Je combattrai cette régression pour notre société au niveau national, comme dans ma ville», conclut la maire de Lille.

«Ce n'est pas une contribution à un congrès du PS», rétorque Le Roux. Le patron du groupe socialiste à l'Assemblée, tenant de la ligne «hollandaise», réplique à Aubry devant l'Association des journalistes parlementaires (AJP) : «La loi Macron, ce n'est pas une contribution à un congrès du Parti socialiste, c'est une contribution à la réussite aujourd'hui du gouvernement.» «Sa tribune intervient avant un débat parlementaire qui va permettre de préciser certains éléments et de répondre à des craintes», rappelle Bruno Le Roux, qui souhaite «faire reculer les postures» au profit d'«un examen au fond». Malgré le débat que suscite le texte au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1945416 le vendredi 12 déc 2014 à 08:29

    peunau , c'est quoi ton parcourt , ton expérience dans le commerce ? moi j'y bosse depuis 30 ans ...

  • M1945416 le vendredi 12 déc 2014 à 08:21

    peunau , vient voir bosser avec moi tu m'en dira des nouvelles … que de grandes gue ules qui n'ont jamais bosser dans le commerce et qui veulent faire la morale …

  • M1945416 le jeudi 11 déc 2014 à 17:22

    traite de

  • M1945416 le jeudi 11 déc 2014 à 17:21

    quand a ceux qui nous tarte de feignants , qu'ils viennent , on embauche , et on en reparlera dans un mois

  • M1945416 le jeudi 11 déc 2014 à 17:18

    personne ne vous empêche d'allez travaillez le dimanche, resto, parc d'attractions, hôpital , maison de retraite cherche du personnel … mais que ce soit bien payé , et non imposé , et c'est là que le mat blesse

  • frenchto le jeudi 11 déc 2014 à 17:01

    nous n'avons pas à demander l'autorisation de madame Aubry, madame Aubry, c'est les interdictions de ci, de ça, c'est moins je travaille mieux je me porte. On s'en tape de ses idées de fainéants

  • M1945416 le jeudi 11 déc 2014 à 16:35

    toujours pareil , tant que c'est les autres que ça touche , on s'en fo u , qu'ils bossent le dimanche , les soirées qu'il y a pas de compensation, pour le smic, … jusqu'au jour ou c'est notre tour ou celui des enfants, mais là ; c'est les autres qui s'en fo u t'en t … moins de complexités administratives, la stabilité fiscale, moins de prélèvement obligatoire, bref ce qui faciliterai la vie, j'ai rien vu dans le projet Macron

  • gglafont le jeudi 11 déc 2014 à 16:06

    +1 millions de demandeurs d'emplois toutes catégories depuis mai 2012 (données brutes INSEE). Comment certains pensent encore qu'il faut interdire aux autres de travailler ? Ca ne mérite pas 10 minute de débat.

  • nicog le jeudi 11 déc 2014 à 16:04

    Si on travaille le dimanche au même tarif que les jours de semaine, oui, c'est une regression. Par contre, les caissieres de CARR..... ont un salaire triplé les dimanches de décembre. Ca c'est une amélioration.

  • gglafont le jeudi 11 déc 2014 à 15:56

    M1945416 Tu n'a pas vu les vagues de délocalisations industrielles ont eu lieu après le passage aux 35h ? Quand on est une multinationale on compare les pays sur beaucoup de sujets avant de décider de s'implanter. La France est un véritable repoussoir sur tout ce qui touche aux travail, aux syndicats, à la stabilité des règles fiscales et aux prélèvements obligatoires. 5,2 millions de demandeurs d'emplois n'ont pas l'air d'ouvrir les yeux des socialo-communsites.