Loi Macron : un troisième 49-3, pour faire définitivement adopter la loi

le , mis à jour à 16:20
2
Loi Macron : un troisième 49-3, pour faire définitivement adopter la loi
Loi Macron : un troisième 49-3, pour faire définitivement adopter la loi

«J'ai donc décidé d'engager la responsabilité du gouvernement.» En prononçant cette phrase le 17 février, Manuel Valls avait provoqué un véritable coup de tonnerre. Ce jeudi, l'hémicycle de l'Assemblée nationale est quasiment désert et l'annonce ne surprend plus personne. Car c'est la troisième fois en cinq mois que le Premier ministre dégaine son arme fatale pour imposer la loi Macron.

Épilogue d'un parcours parlementaire houleux, Valls fait à nouveau usage de l'article 49-3 de la Constitution pour faire adopter, sans vote et en lecture définitive, le controversé projet de loi «pour l'activité, la croissance et l'égalité des chances économiques». La droite ne jugeant pas utile, en cette fin d'année parlementaire et en pleine crise grecque, de déposer une motion de censure qui a toutes les chances de faire un bide, ce texte fleuve sera définitivement adopté dans 24 heures.

«Notre économie est entravée par des blocages, il faut les lever», plaide le chef du gouvernement, lors d'une brève intervention à la tribune. «Nous devons tout faire pour la croissance et l'activité», poursuit-il. D'un ton neutre, Valls défend une dernière fois ce texte à haut pouvoir de crispation devant les députés : «Cette loi, c'est du dynamisme, de l'oxygène, un coup de jeune pour notre économie.»

«Oui, il faut aller vite»

«Oui, il faut aller vite», enchaîne le Premier ministre qui promet que «l'ensemble des mesures et décrets» seront adoptés «avant la fin de l'année». Tellement vite, qu'à peine sorti de l'hémicycle, il tweete. «Loi Macron adoptée. Dès cet été : ouvertures le dimanche, nouvelles lignes d’autocars, pouvoir d’achat, … du concret pour les Français !» promet le micro-message. Un recours devant être déposé devant le Conseil constitutionnel, il faudra toutefois attendre un peu pour que la loi soit promulguée. 

Comme pour répondre à ceux qui voient dans l'usage de cet article massue de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • JOG58 le jeudi 9 juil 2015 à 17:42

    que de chaises vides, ils sont deja en vcances nos stupides deputés et autres. Au moins ça leur evite de faire des con...eries.

  • xk8r le jeudi 9 juil 2015 à 15:57

    600 000 chômeurs en 36 mois ..... et ils continuent