Loi Macron : pour les frondeurs PS, le compte n'y est toujours pas

le
1
Loi Macron : pour les frondeurs PS, le compte n'y est toujours pas
Loi Macron : pour les frondeurs PS, le compte n'y est toujours pas

«Il n'y aurait rien de pire que les attentats terroristes arrêtent le débat au sein de la gauche, assure le député PS des Hauts-de-Seine, Jean-Marc Germain. Nous espérons que la période permettra un débat de plus grande qualité.» Voilà le gouvernement prévenu. A une semaine du début de son examen à l'Assemblée, les frondeurs n'ont en rien renoncé à infléchir la loi Macron. Ils le redisent ce mardi, le projet de loi sur la croissance et l'activité n'est «pas votable en l'état».

Union nationale ou pas, les frondeurs ne seront pas «les exécutants dociles de l'exécutif», pour reprendre les mots de Christian Paul, l'un des chefs de file de la fronde. Fin décembre, le député PS de la Nièvre nous confiait être prêt à «aller au votre contre sur la loi Macron». Un mois a passé et il estime toujours que «cette loi n'est pas à la hauteur des enjeux d'un pays qui est frappé durablement par le chômage de masse et où l'activité ne repart pas.»

Pas de «procès d'intention»

Mais il ne veut toutefois pas faire de «procès d'intention». Et pour l'instant, le vote contre ne reste qu'une menace. Les frondeurs prendront «une position définitive à la sortie des travaux parlementaires».

Ces députés socialistes opposés à la politique économique conduite par le duo exécutif ont préparé une vingtaine d'amendements sur le volet licenciements collectifs du projet de loi. «Nous allons demander qu'on reste à cinq dimanches (ouvrables) et qu'il y ait un plancher de rémunération égal à deux fois le salaire habituel», a notamment fait valoir Christian Paul. Les frondeurs préparent aussi des propositions de réformes structurelles, portant entre autres sur «une nouvelle loi bancaire, un financement mieux orienté sur la formation professionnelle, un soutien fiscal à l'investissement».

Mais eux qui montraient les muscles avant les événements tragiques de ce début d'année, reconnaissent qu'après les attentats ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7403983 le mardi 20 jan 2015 à 20:02

    S'il faut décoder : nous ne sommes pas sortis de l'auberge ... MADE IN FRANCE !!!