Loi Macron-Les hôteliers retrouvent leur liberté face à Booking

le , mis à jour à 17:30
0

PARIS, 1er juillet (Reuters) - Les hôteliers français vont retrouver une liberté tarifaire totale face à Booking.com PCLN.O grâce à un amendement à la loi Macron voté la nuit dernière par le Sénat après avoir été adopté par l'Assemblée nationale. La centrale de réservation en ligne avait déjà été sommée par l'Autorité de la concurrence de renoncer à la plupart des conditions qu'elle imposait aux hôteliers. ID:nL5N0XI2E2 Les hôteliers pouvaient ainsi, depuis la fin avril, proposer des prix plus bas que ceux affichés par Booking à condition de le faire par téléphone, par courrier ou directement à la réception de l'hôtel. Mais l'amendement à la loi Macron, qui qualifie de "contrat de mandat" la relation entre les plates-formes de réservation en ligne et les hôteliers, va plus loin. Il supprime la clause dite de parité tarifaire, donnant ainsi toute liberté aux hôtels de pratiquer en France les tarifs qu'ils souhaitent sur l'ensemble de leurs canaux de réservation, y compris sur leurs propres sites internet. Réclamée de longue date par les hôteliers, cette disposition qui rend au secteur sa marge de manoeuvre tarifaire et commerciale, a été applaudie par les professionnels. "C'est un jour important pour l'hôtellerie française: ses 17.000 établissements gagnent enfin le libre accès au web pour la diffusion de leurs offres promotionnelles", s'est félicitée l'UMIH, principale fédération du secteur. Face aux 45.000 offres d'hébergement de Booking et aux 100.000 logements d'AirBnB, "nos prix ont besoin d'être présents sur le web, notamment sur les comparateurs ", ajoute-t-elle. La part des centrales de réservation dans le chiffre d'affaires des hôteliers ne cesse de croître. En Europe, 70% des ventes de nuitées en ligne passent par elles, le reste par les sites des hôtels. Chez Accor ACCP.PA , qui a mené le combat contre les agences en ligne, elles comptent pour 17% des revenus du groupe, contre 11% chez InterContinental IHG.L ou 7% chez Marriott MAR.O . Un des enjeux pour les hôteliers consiste ainsi à augmenter leurs ventes en direct ou via leurs propres sites, et à faire jouer la concurrence entre les centrales afin d'abaisser les commissions qui pèsent sur leurs marges. Les centrales prélèvent des commissions oscillant en Europe entre 15% et 20% du prix d'une chambre. Le 25 juin, Booking avait annoncé qu'il mettrait en oeuvre dans l'ensemble de l'Europe les engagements pris fin juin auprès des autorités de la concurrence française, italienne et suédoise. Le gouvernement s'est fixé pour objectif une adoption définitive de la loi Macron avant le 14 juillet. (Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant