Loi Macron : la tension monte au PS avant le vote

le
0
Loi Macron : la tension monte au PS avant le vote
Loi Macron : la tension monte au PS avant le vote

Emmanuel Macron a passé une bonne partie de sa soirée au téléphone, lundi, pour tenter de convaincre les derniers récalcitrants. Après des semaines de débats, c'est ce mardi le grand jour pour le projet de loi du ministre de l'Economie, qui comprend notamment la très controversée ouverture dominicale. Alors que le texte doit être voté dans l'après-midi à l'Assemblée nationale, Manuel Valls a défendu jusqu'au dernier moment auprès du groupe des députés PS. «Je ne dramatise pas, au moment où je parle le texte ne passe pas», a prévenu le Premier ministre lors de la réunion de groupe à huis clos..

Hamon confirme qu'il votera contre

Si le vote s'annonce ultra serré, la grande majorité des socialistes et des radicaux de gauche s'apprêtent néanmoins à approuver la loi Macron. Lundi, la passe d'armes entre le Premier ministre et l'ancien ministre de l'Education, Benoît Hamon, a cristallisé les divergences entre les frondeurs socialistes et l'exécutif. Comme il l'a confirmé ce mardi encore sur France Inter, le député des Yvelines a confirmé qu'il voterait «contre» la loi. Un geste fort puisque celui qui est sorti l'été dernier du gouvernement de se contentera pas de s'abstenir, malgré l'appel à la «responsabilité» de Manuel Valls.

Et Benoit Hamon de justifier : «En conscience, j'ai accepté d'être au gouvernement, notamment celui de Manuel Valls, parce que je croyais qu'il fallait restaurer l'autorité de la puissance publique. Je l'ai quitté parce que j'avais un désaccord sur les questions économiques. Je me suis abstenu sur le budget parce que je pensais que nous prenions le risque justement de diminuer la capacité de l'Etat à pouvoir réguler l'ordre économique. Pour la même raison, en conviction, aujourd'hui je vote contre la loi Macron.»

Si la droite a concentré l'essentiel de ses attaques sur la réforme des professions règlementées du droit, dont les notaires, la gauche s'est divisée principalement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant