Loi Macron : l'autocariste allemand Flixbus desservira 30 villes en France

le
1
Loi Macron : l'autocariste allemand Flixbus desservira 30 villes en France
Loi Macron : l'autocariste allemand Flixbus desservira 30 villes en France

Les bus vert pomme débarquent en France. Ce mardi, l'autocariste Flixbus, leader en Allemagne et poids lourd européen, a officialisé son arrivée dans l'Hexagone. Lors d'une conférence de presse à Paris, le spécialiste des trajets longue distance a annoncé qu'il desservira bientôt 30 villes françaises grâce à l'ouverture du marché prévue par la loi Macron. Jusqu'alors, seuls les trains proposaient ce genre de service.

Dès sa présentation mi-octobre, cette mesure de la loi Macron avait fait réagir. D'une part, l'ouverture à la concurrence de lignes d'autocar interurbaines régulières font craindre à certains élus la mise à mal des dessertes locales et de la SNCF. Puis une petite gaffe du ministre de l'Economie avait retenu l'attention sur la disposition qui, selon Bercy, doit permettre de créer jusqu'à 10 000 emplois dans le secteur des transports. Emmanuel Macron avait en effet maladroitement expliqué que cela «bénéficierait aux pauvres qui voyageront plus facilement».

Un concept à part

Pauvres ou non, les Français pourront désormais choisir. Eurolines, Starshipper, Megabus... Alors que la loi Macron n'est pas encore définitivement votée, plusieurs compagnies ont déjà annoncé leur intentions de s'implanter en France. La SNCF elle-même ne veut pas louper le coche et compte lancer iDBus. Avec une telle concurrence, les consommateurs sont susceptibles de faire de bonnes affaires.

Dans cette guerre ouverte des prix, le concept Flixbus se distingue un peu de ses concurrents. La start-up ne possède pas directement de véhicules. En fait, elle sollicite d'autres compagnies qui en ont et leur propose de mettre à leur disposition la «marque» Flixbus, avec son système de réservation, son service après-vente et son logiciel de gestion. Une logique qui rappelle celle de l'Américain Uber, concurrençant les taxis traditionnels.

Un prix d'appel à un euro

Les sociétés de transports qui collaborent doivent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • am013 le mardi 19 mai 2015 à 15:42

    Et on est pas foutu d'avoir une entreprise française ?