Loi Macron : «Arrêtons de nous donner en spectacle», intime Le Roux

le , mis à jour à 13:23
0
Loi Macron : «Arrêtons de nous donner en spectacle», intime Le Roux
Loi Macron : «Arrêtons de nous donner en spectacle», intime Le Roux

Alors que Manuel Valls a engagé mardi sa responsabilité sur le projet de loi Macron, les responsables politiques discutaient à nouveau, mercredi, la méthode employée par le chef du gouvernement.

«Il n'y a eu aucun passage en force», a assuré Bruno Le Roux sur France 2. Il y a eu «plus de 400 heures de débat» et «plus de 2 000 amendements intégrés dans le texte», a rappelé le chef de file des députés socialistes. Selon lui, il y a «un certain nombre de parlementaires qui plutôt que faire la loi veulent faire le spectacle». «Arrêtons de nous donner en spectacle avec des postures», a-t-il martelé. A propos de la motion de censure déposée par le groupe Les Républicains, le député estime qu'elle «n'a aucune chance de passer» et qu'elle n'obtiendra «aucune voix du Parti socialiste».

«Les débats avaient assez duré», le texte avait été «examiné des heures et des heures» avec «un débat sur chacun des articles», a renchéri François Rebsamen sur Radio Classique. «Il faut être efficace maintenant», a ajouté le ministre du Travail qui a récusé tout déni de démocratie : «Je pense que c'est l'un des textes les plus discutés de la Ve République».

La majorité fracturée, selon Les Républicains

«On a eu des centaines d'heures sur le texte. Une chose est critiquable : il n'y a pas eu de débat sur les amendements», regrette François Bayrou sur i-Télé. Le président du Modem a défendu la méthode de Manuel Valls : «Le 49-3 fait partie de l'arsenal pour éviter que ne durent des débats sans fin». Et d'ajouter : «Le jeu parlementaire est inadapté à la situation du pays. Vous ne pouvez pas avoir pour un texte, qui sur bien des points est mineur, un débat qui dure et qui dure».

Jean-Pierre Raffarin ne critique pas non plus l'usage du 49-3. «C'est une disposition constitutionnelle. On ne peut pas reprocher à un Premier ministre de vouloir imposer une ligne à sa majorité. Je ne jette pas la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant