Loi Macron : 18 articles censurés, l'essentiel de la loi validé

le , mis à jour le
10
Loi Macron : 18 articles censurés, l'essentiel de la loi validé
Loi Macron : 18 articles censurés, l'essentiel de la loi validé

Le Conseil constitutionnel a retoqué plusieurs dispositions de la loi Macron pour la croissance et l'activité. Mais l'essentiel de la loi pourra s'appliquer. L'institution se prononçait après sa saisie par des députés et sénateurs concernant 19 articles de la loi, parmi lesquels ne figuraient pas l'une des mesures emblématiques du texte sur l'ouverture des magasins le dimanche, qui pourra de fait entrer en vigueur.

Le Premier ministre Manuel Valls s'est réjoui jeudi matin de la décision du Conseil Constitutionnel en tweetant : «Lignes d'autocar, permis de conduire et frais de notaire moins chers...#LoiCroissance validée par le Conseil constitutionnel #LaFranceAvance.»

Lignes d'autocar, permis de conduire et frais de notaire moins chers...#LoiCroissance validée par le Conseil constitutionnel #LaFranceAvance— Manuel Valls (@manuelvalls) 6 Août 2015

Le Conseil a notamment validé la quasi-totalité des articles relatifs à la réforme des professions réglementées du droit, comme les notaires, huissiers de justice, etc. La loi Macron, que le gouvernement a fait adopter en ayant recours à l'article 49-3, qui permet d'éviter un vote parlementaire, contient également des dispositions sur l'ouverture à la concurrence des lignes d'autocar interurbaines, une réforme du permis de conduire, du financement et de la vie des entreprises, de la banque, etc.

Le Conseil a en revanche censuré en tout ou partie 18 articles «adoptés selon une procédure contraire à la Constitution», en d'autre termes considérés comme des «cavaliers législatifs».

Parmi ces articles, figure notamment celui autorisant le projet très contesté Cigéo d'enfouissement de déchets radioactifs d'ici 2025. Au grand dam des écologistes, un amendement avait été ajouté à l’initiative du sénateur de Moselle, Gérard Longuet (Les Républicains) pour entériner le projet d'enfouissement de ces déchets à Bure (Meuse). Les écologistes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le jeudi 6 aout 2015 à 18:36

    Attendez les décrets d'application, si ça se trouve ils ne seront jamais publiés comme pour 50% des lois votées et HEUREUSEMENT !!!!!

  • SM7 le jeudi 6 aout 2015 à 15:19

    Il en reste bien assez qui ont été validés ! Pour notre plus grand malheur.

  • lorant21 le jeudi 6 aout 2015 à 09:21

    une loi ultra-libérale.. ouarfff.. c'est rigolo de lire ça..

  • heimdal le jeudi 6 aout 2015 à 08:44

    La démocratie s'applique bien quand il s'agit de distribuer des postes aux copains.Pour le peuple c'est une toute autre histoire ,exemple : amendes majorées de 300 ℅ quand tu oublies de payer ,c'est très démocratique ça !

  • heimdal le jeudi 6 aout 2015 à 08:41

    Ca coûte combien au contribuable ces sénateurs et conseils empêcheurs de tourner en rond.Il faudra bien enfouir les déchets quelque part ,bande de faux écolos .

  • M7034327 le jeudi 6 aout 2015 à 08:14

    HEUREUSEMENT qu'il y a le Conseil Constitutionnel. Mais il aurait pu bloquer plus de volets de la Loi.

  • M7034327 le jeudi 6 aout 2015 à 08:13

    le Conseil a censuré un assouplissement de la communication sur l'alcool. un amendement avait été ajouté à l’initiative du sénateur de Moselle, Gérard Longuet (Les Républicains) pour entériner le projet d'enfouissement de ces déchets à Bure (Meuse). etc. La loi Macron, c'était la loi fourre-tout imposée par le 49-3. Elle ne servait qu'à défendre quelques intérêts, mais pas le bien collectif.

  • pvuille2 le jeudi 6 aout 2015 à 08:03

    Mais enfin, une loi comportant quelque 400 articles, dont des centaines ne seront sans doute jamais publiés, sur des sujets aussi divers que variés, est par essence ridicule. Que le conseil constitutionnel n'en censure que 18 est étonnant pour ce gouvernement. En tout cas le choc de simplification, comme la baisse du chômage, ne devrait pas être là avant 2017...

  • M7034327 le jeudi 6 aout 2015 à 07:54

    heureusement qu'il y a un conseil constitutionnel pour empêcher des lois de passer. Comme quoi, même avec le 49-3 qui a permis d'imposer cette loi décriée ultra-libérale et inutile car elle n'aurait avancé à rien, on ne peut pas tout faire.

  • p.cuquel le jeudi 6 aout 2015 à 07:12

    Y'en a marre de ce système à la noix. Cela montre encore une fois que notre pays ne peux plus être reformé, que nos CHERS (!) élus (deputés et senateurs bloquent eux-meme) et gouvernants sont des nuls, et que nos institutions ne fonctionnent plus. La Révolution de 1789 est trop loin maintenant, il faut un nouveau Régime !