Loi Florange : le PS promet de replancher, la droite parle d'«amateurisme»

le
15
Loi Florange : le PS promet de replancher, la droite parle d'«amateurisme»
Loi Florange : le PS promet de replancher, la droite parle d'«amateurisme»

Au lendemain de la censure d'une partie de la loi dite «Florange» par le Conseil constitutionnel, politiques et partenaires sociaux ont commenté la décision vendredi, la droite se félicitant de voir le texte retoqué à sa demande, le PS, plus discret, cherchant la marche à suivre.

Thierry Mandon, porte-parole du groupe des députés PS, a indiqué que le volet censuré serait remis sur le métier, avec un encadrement renforcé des sanctions prévues. Le député socialiste Jean-Marc Germain prône quant à lui une modification de la constitution. 

A droite, on moque l'«amateurisme» du gouvernement.

Le volet censuré par le Conseil constitutionnel portait sur l'obligation pour un employeur d'accepter une offre de reprise sérieuse et sur la compétence confiée au tribunal de commerce pour l'apprécier, avec sanctions à la clé. La loi était une promesse de campagne du candidat François Hollande.

A gauche, des divergences sur la méthode à employer

Thierry Mandon, porte-parole du groupe des députés PS, annonce une refonte de la loi. «On va refaire ce dispositif, on va travailler plus étroitement avec le Conseil d'Etat pour faire en sorte que, quand quelqu'un décide de fermer une entreprise, cela ne devienne pas une friche industrielle, il soit obligé de trouver des repreneurs», a déclaré Thierry Mandon. «Il faut encadrer probablement plus les obligations de moyens, c'est-à-dire l'obligation de chercher un repreneur et alléger les sanctions» puisque «elles étaient, selon le Conseil constitutionnel, excessives», a-t-il ajouté.

La CGT appelle aussi à légiférer de nouveau. La centrale propose notamment que «le comité d'entreprise ait le droit de suspendre les licenciements et les aides publiques ainsi que l'obligation pour l'employeur de céder le site lorsque des repreneurs se font connaître». Elle dénonce une «décision politique en faveur du patronat» pour «donner des droits d'intervention aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9095115 le samedi 29 mar 2014 à 00:52

    Ben oui il faut être sure que personne ne viennent investir en France.Jamais il n'y a eu si peu d'investissement étrangers en France.Mais Hollandouille veut aller plus loin et les supprimer totalement

  • mlaure13 le vendredi 28 mar 2014 à 19:26

    Tout ce qu'ils font est purement axé sur la démagogie, pour se goinfrer aux manettes de nos institutions !...

  • 2445joye le vendredi 28 mar 2014 à 16:00

    Ahurissant le nombre de lois qu'ils ont concoctées et qui finissent à la poubelle . Ca donne envie de connaître les appréciations que leurs professeurs portaient sur eux quand ils étaient étudiants.

  • mfouche2 le vendredi 28 mar 2014 à 15:56

    toutes leurs lois sont retoquées . Ce sont vraiment les Marx Brothers de la politique

  • pichou59 le vendredi 28 mar 2014 à 15:44

    incompétents et profiteurs ils seront virés

  • ppetitj le vendredi 28 mar 2014 à 15:39

    Bienvenue en URSS...

  • M3182284 le vendredi 28 mar 2014 à 15:16

    Il faut donner des gages aux casseurs, surtout quand au deuxième tour il ne peuvent plus voter pour les soviets

  • mipolod le vendredi 28 mar 2014 à 15:00

    Si encore ils étaient amateurs (les social.os), on pourrait les excuser, mais ils sont payés pour faire leurs conn.eries.

  • mlaure13 le vendredi 28 mar 2014 à 14:59

    Des amateurs super payés comme des Pros...il est la, le problème !...

  • M2280901 le vendredi 28 mar 2014 à 14:41

    on est pas encore sous les soviets en France , va falloir qu'ils comprennent