Loi famille : l'Assemblée a commencé l'examen du texte

le
0
Loi famille : l'Assemblée a commencé l'examen du texte
Loi famille : l'Assemblée a commencé l'examen du texte

Les députés ont entamé ce lundi après-midi le débat sur le projet de loi sur la famille. Ce texte qui vise à adapter le droit français à la diversité des modèles familiaux, va être discuté à l'Assemblée nationale jusqu'à mercredi pour un vote avant le 28 mai. Si les sujets qui fâchent, comme la procréation médicalement assistée (PMA) ont été gommés, ce texte soulève toutefois des critiques à droite mais aussi à gauche. Après une discussion générale qui a ouvert le débat, les députés vont procéder à l'examen du texte article par article. 

Rossignol : «Mon ambition est l'apaisement»

D'entrée de jeu, la secrétaire d'Etat à la Famille, Laurence Rossignol a répété qu'elle souhaitait un débat apaisé. «C'est une loi du quotidien, une loi utile» a défendu la ministre dans l'hémicycle. C'est une proposition de loi «pratique, qui n'a pas d'arrières pensées, que des bonnes intentions» a-t-elle assuré. Et d'insister : «mon ambition est l'apaisement.» Elle s'est également dire ouverte à des retouches du texte. «Il faudra peut-être envisager une évolution du texte lui-même pour le clarifier».

A droite, le porte-parole de l'UMP lui aussi a promis un débat apaisé. «Il ne s'agit pas de jouer le match retour» du débat sur le mariage pour tous a répété le député UMP Philippe Gosselin, fervent opposant à la loi adoptée en juin dernier. Son collègue, le député UMP Jean-Frédéric Poisson a toutefois bien déclaré : «Cette proposition de loi se situe bien dans la droite ligne du mariage pour tous». Et si Gosselin a assuré qu'«il n'y a pas d'obstruction» de la part de l'opposition, plus de 600 amendements sur les 20 articles du texte ont été déposé.

VIDEO. Loi famille: «Il ne s'agit pas de jouer le match retour», selon Philippe Gosselin (UMP)

Une «loi a minima»

En revanche, pour les écologistes et les communistes ce texte ne va pas assez loin. C'est une «loi a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant