Loi El Khomri : la CFDT «ne lâchera pas» sur les indemnités prud'homales

le , mis à jour à 09:36
1
Loi El Khomri : la CFDT «ne lâchera pas» sur les indemnités prud'homales
Loi El Khomri : la CFDT «ne lâchera pas» sur les indemnités prud'homales

Alors que Manuel Valls reçoit ce lundi et mardi les syndicats pour évoquer le projet de loi sur le marché du travail et qu'une journée d'action est prévue mercredi, les opposants sur le texte sont toujours aussi virulents. De son côté, la droite met elle la pression sur le gouvernement pour que le texte reste en l'état.

«J'invite le gouvernement à répondre à nos revendications», appelle Laurent Berger. Sur Europe 1, le patron de la CFDT prévient que s'il n'est «entendu», la CFDT va «sa mobiliser». Alors qu'il sera reçu ce lundi à Matignon à 15 heures et que d'autres syndicats appellent purement et simplement au retrait du projet de loi, il juge lui que «tout n'est pas à mettre à la poubelle» dans le texte. Car, assure-t-il, le retirer «c'est aussi renoncer au compte personnel d'activité». «Mais il y a des mesures inacceptables dans ce projet tel qu'il est aujourd'hui», martèle-t-il. Laurent Berger demande notamment «le retrait du plafonnement des indemnités prud'homales, les préjudices doivent être réparés». Sur ce point, prévient-il, son syndicat «ne lâchera pas». «Il faut enlever ce plafonnement, il faut enlever la barémisation», plaide-t-il alors que le Premier ministre s'est dit prêt à des adaptations sur le barème des indemnités mais sans remise en cause du principe. «Dans ce cas, il y aura désaccord de la CFDT», a prévenu Laurent Berger. «Je ne suis ni pour la statu quo ni pour la déréglementation à tout crin», lance-t-il regrettant que «pour la première fois depuis le début de ce quinquennat», le texte a été écrit «sans discussion préalable» avec les partenaires sociaux.

«Le mieux serait de retirer le texte, mais j'attends de voir les aménagements», explique Benoît Hamon. Sur RTL, le député PS des Yvelines estime que le projet de loi va notamment «faciliter le recours aux heures supplémentaires» et ne favorisera donc pas l'embauche. «Cette disposition là va avoir des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7163258 il y a 12 mois

    Tous les syndicats font leur beurre avec les indemnités, surtout depuis la reconnaissance du harcèlement, jugement totalement subjectif! Un fonds de commerce pour les syndicats qui trouvent de plus en plus de salariés prêt à jouer le jeu. Evidemment lorsque l'on représente que 6 à 7% des salariés dont plus de 70% de fonctionnaires et le reste dans de grosses entreprises dont les salariés sont quasi fonctionnaires. Sans oublier le pillage officiel de l'argent de la formation professionnelle...