Loi El Khomri : Berger (CFDT) veut «pouvoir rééquilibrer le texte»

le
1

Plafonnement des indemnités aux prud’hommes, possibilité d’introduire le forfait jour dans les entreprises de moins de 50 salariés sans passer par la négociation avec les syndicats ou encore temps de travail pour les apprentis... Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, se félicite du report de la présentation de la loi El-Khomri en Conseil des ministres, mais attend également de nombreux changements sur ce texte qui fait polémique à gauche.

En annonçant hier le report de 15 jours du projet de loi ElKhomri, Manuel Valls répond à la demande de la CFDT. Première bataille gagnée ?

Laurent Berger. C'est une première étape. Nous avons gagné l'ouverture d'une concertation. Depuis l'automne, il y a eu des discussions avec le gouvernement, mais pas sur tous les aspects du texte. Et j'ai découvert l'avant-projet de loi dans les colonnes du Parisien, cela pose un souci ! Je n'appelle pas ça une concertation. L'enjeu maintenant pour nous est de pouvoir rééquilibrer ce texte. Les deux objectifs de cette loi doivent être le renforcement de la négociation collective et des syndicats dans l'entreprise, et l'amélioration des droits rattachés à la personnes à travers le compte personnel d'activité. Partir de l'idée que pour créer de l'emploi il faille faciliter le licenciement et réduire les droits des salariés, c'est mentir aux Français et faire fausse route. Dire cela ce n’est pas non plus accepter le statu quo actuel.

Le premier ministre parle d'«incompréhensions», l'Elysée de manque de «pédagogie»... Et vous ?.

La CFDT a bien compris ce qu'il y avait dans le texte. Il n'y a pas un problème d' «incompréhensions» mais de désaccords qui doivent être absolument corrigés. La CFDT prendra tous les moyens pour entrer dans une véritable concertation et faire des contre-propositions. Et si nous ne sommes pas entendus, on fera le choix de la mobilisation.

 Quels sont les points inacceptables ?

Nous refusons qu'au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vazi il y a 9 mois

    Le gouvernement ne sait pas comment sortir de cette crise sans perdre la face. C'est avant qu'il aurait fallu se poser les bonnes questions et consulter les syndicats avant de publier une bombe. Maintenant il faut faire des concession ou affronter la rue, surtout accepter d'être en accord avec le MEDEF donc se griller jusqu'au bout à en perdre la raison et les élections