Logements : que change la nouvelle réglementation thermique ?

le
21

QUESTIONS D'ARGENT - Depuis le 1er janvier 2013, les constructions neuves sont soumises à une nouvelle réglementation thermique, la « RT 2012 ».

Cette nouvelle réglementation impose, notamment, de diviser par trois la consommation des logements.

1. Quelle est la consommation d'énergie maximum des nouveaux logements?

C'est l'exigence la plus emblématique de la RT 2012. Désormais, les nouveaux logements ne doivent pas, en moyenne, consommer plus de 50 kWh/m2 et par an, contre 150 kWh/m² avec la réglementation thermique antérieure, la RT 2005. Cette donnée, définie par un coefficient appelé «Cep» (Consommation conventionnelle d'énergie primaire), tient compte de cinq éléments: le chauffage, la climatisation, l'éclairage, l'eau chaude sanitaire et l'énergie utilisée par les «auxiliaires» (moteur d'une pompe à chaleur, par exemple). Le législateur a fait varier le Cep maximal (Cepmax) annuel autorisé en fonction de la zone géographique: de 40 kWh/m2 dans le Sud-Est à 65 kWh/m² dans les départements du Nord-Est. Propre à chaque habitation, le Cep varie ensuite en fonction de sa localisation géographique, de son altitude et de sa surface habitable.

Attention, le résultat obtenu est une consommation théorique, reposant sur des scénarios prédéterminés, intégrant notamment le temps de présence des occupants, la température du logement, etc. Votre consommation réelle finale dépendra de vos usages. Autrement dit, si vous passez l'hiver en tee-shirt, avec un chauffage poussé à 26 °C, vous consommerez beaucoup plus!

Par ailleurs, les bâtiments doivent être étudiés pour consommer le moins d'énergie possible. Cette exigence est, elle aussi, définie par un coefficient: le «Bbio» (besoin bioclimatique). Il prend en compte les besoins énergétiques du bâtiment pour le chauffage, la climatisation et l'éclairage. Si l'isolation reste importante, d'autres données sont retenues, comme la conception de la maison ou de l'immeuble. Ainsi, la surface vitrée des logements doit représenter, au moins, 1/6 de la surface habitable. Parallèlement, les apports solaires «passifs» sont optimisés, avec la multiplication des baies vitrées au sud et à l'ouest.

2. La RT 2012 s'applique-t-elle aux extensions de construction?

Si vous prévoyez d'agrandir votre maison, vous devrez, dans certains cas, respecter la nouvelle réglementation thermique. Celle-ci ne s'applique qu'aux «parties nouvelles de bâtiments existants» (arrêtés du 26/10/10 et du 28/12/12). Le simple aménagement de combles ou d'un espace initialement à l'air libre (loggia, coursive...) n'est pas considéré comme une «création nouvelle». En revanche, sont concernés par la nouvelle réglementation des projets tels que la construction d'une extension accolée à votre maison, l'ajout d'un étage ou la surélévation de combles existants. Pour les extensions inférieures à 150 m2, la RT 2012 ne s'applique pas. Mais chaque élément (fenêtre, isolant, etc.) devra respecter des performances techniques minimales (arrêté du 3/5/07). Dans les autres cas, la RT 2012 s'appliquera mais elle pourra être amendée ou allégée.

3. Cette réglementation entraîne- t-elle des surcoûts?

Oui: les constructeurs de maison individuelle estiment qu'à surface égale le surcoût induit par la RT 2012 est de 10% à 15%. En contrepartie, les économies d'énergies procurées par la nouvelle réglementation pourront, par exemple, atteindre 1140 ¤ par an pour une maison de 100 m2 située en Ile-de-France et chauffée par un poêle à bois. Compte tenu de ces données, il faut compter entre dix et treize ans pour amortir le surcoût de construction d'une maison.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2000713 le lundi 3 fév 2014 à 07:00

    ce 10 a 15% de surcoût est une aberration , par exemple dans un pavillon BBC , on n'a plus d'escalier entre le sous le sol et le RDC et surtout -10% sur le GO grâce au béton banché ... souvenez vous a la fin des années 90 qd l inflation était nulle , les coûts de construction ont baissé ;)

  • 445566ZM le samedi 1 fév 2014 à 18:50

    Cette réglementation thermique est devenue tellement compliquée, que les calculs sont très opaques. Sans logiciel (cher), et sans expérience dans ce domaine, il est impossible de les suivre ou contrôler. Les malins utilisent donc les hypothèses du projet, et les sorties informatiques "conformes". Le tour est joué.

  • M2766070 le jeudi 30 jan 2014 à 15:55

    le censeur est idiot

  • M2766070 le jeudi 30 jan 2014 à 15:54

    bourso t es 1 anne, j avais écrits un article cohérent

  • TL70190 le lundi 27 jan 2014 à 16:15

    encore de l'enfumage pour se refaire les poches sur le dos des particuliers

  • titi18 le lundi 27 jan 2014 à 13:40

    Message pour jayce003, si ta maison est isolée avec de la laine de verre ou laine de roche, si ta ventilation n'est pas une double flux, si les ponts thermiques et l'étanchéité à l'air est fait juste le nécessaire, si l'énergie pour te chauffer est du bois, du gaz ou de l'éléctricité et sans panneaux solaires, il n'est pas sûr que tu amortisses et en plus tes isolants vieilleront très vite. Au delà 10 ans ils deviennent peu efficaces en raison du tassement et de l'humidité.

  • titi18 le lundi 27 jan 2014 à 13:28

    J'ai lu quelques commentaires, il est vrai que c'est long à amortir voire pas du tout si on ne prend pas gardes aux avance marketing comme par exemple les ballons thermodynamiques vendu avec la pose 4000euro. Par contre il faut tenir compte à la revente.

  • titi18 le lundi 27 jan 2014 à 13:28

    Un bien dans un zone où il y une offre abondante se revendra plus facilement. Par ailleurs la norme RT2012 n'est pas contraignante et pas assez efficaces sur le plan thermique, les constructeurs en profitent pour revendre trop cher. Il vaut mieux prendre expériences sur les scandinaves et les Allemands qui vendent des matériaux/matériels/Techniques de construction plus efficaces et forcément pas vraiment plus cher que la RT2005. J'ai fait ce choix en 2007 et en plus

  • titi18 le lundi 27 jan 2014 à 13:27

    j'ai bénéficié 40% de déductibilité sur les intérêts d'emprunts pendant 7 ans et 50% de crédit d'impôts sur le matériel de chauffage (pompe à chaleur achetée fin 2006) et 40% sur l'insert de la cheminée en 2007 + une aide de la région à la hauteur de 1250 euros + 25% de crédit d'impôt sur le récupérateur d'eau de pluie que j'utilise pour le jardin, les WC et le lave linge soit au total plus de 33000 euros d'aides.

  • M1945416 le lundi 27 jan 2014 à 10:48

    au fait, le bois, il faut le rentré , 10 stère a soulever et ranger c'est pas rien, en plus il doit être bien sec, ou alors le stocker dans un endroit ventilé , heu je croyais qu'en île de france, les gens n'avait même pas la place , pour se loger, ni pour garer une voiture, alors stocker du bois ???