Logement : les terrains à construire restent trop chers

le
5

INFOGRAPHIE - Marché opaque, pénurie de terrains... un rapport parlementaire dresse des pistes pour déboucher sur une mobilisation du foncier privé. Découvrez dans notre infographie les prix moyens des terrains et des maisons dans chaque région.

Lorsqu’il s’agit de s’attaquer au coût trop élevé du logement, on en revient toujours à deux débats: les coûts de construction qui grimpent, dopés par la multiplication des normes et le coût du foncier, toujours inabordable dans bien des régions. C’est sur ce second point que le député PS de Seine-Saint-Denis Daniel Goldberg a planché au sein d’un groupe de 4 parlementaires. Ce mardi, ils présenteront devant la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale, un rapport d’information sur «la mobilisation du foncier privé en faveur du logement».

L’occasion pour eux d’avancer des propositions visant à casser un cercle vicieux de renchérissement du prix des logements comme des terrains. D’ailleurs ce sont ces derniers dont les tarifs s’emballent le plus: selon une étude de l’association Consommation, logement et cadre de vie (CLCV) parue l’été dernier le m² de terrain se serait apprécié de 71 % entre 2006 et 2014 (de 46 à 79 euros) pendant que le mètre carré construit passait de 1 031 à 1 306 euros, une augmentation de 26 %.

Des écarts de prix de 1 à 10

Comme le montre notre infographie, le prix des terrains fait le grand écart d’une région à l’autre entre 20 euros le mètre carré (dans le Limousin) et 218 euros (en Île-de-France). Face à ce que certains économistes décrivent déjà comme une bulle foncière, Daniel Goldberg souhaiterait quant à lui inscrire le droit au logement dans la Constitution et le faire reconnaître au même niveau que le droit de propriété.

Aujourd’hui dans les zones tendues, selon le rapport, «le jeu des acteurs est dominé par les propriétaires de terrains constructibles non utilisés, dans une forme de rente foncière dont on peut difficilement les blâmer, puisque la puissance publique ne met souvent pas en œuvre les moyens pour les inciter à les libérer». Afin de libérer du foncier privé, le rapport préconise notamment de réformer la fiscalité des terrains à bâtir dans le cadre d’une loi de programmation fiscale spécifique.

Il propose aussi de «calculer la taxe foncière des terrains constructibles sur la base de leur valeur vénale, après avoir mis en place des observatoires locaux du foncier et des territoires d’expérimentation». Autre préconisation: «engager un recensement national, dans les zones tendues, des quartiers anciens dégradés au foncier potentiellement mutable et lancer un appel à projet afin de recycler le foncier disponible dans des objectifs de mixité d’habitats».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fignar il y a 10 mois

    Le terrain à construire est cher à cause de toutes les contraintes administratives ,permis d'aménager ,études de sol ,VRD etc...qu'il faut bien que quelqu'un paye

  • chmey671 il y a 10 mois

    Et pourquoi moi qui ai fait les efforts pour payer mon terrain au prix du marché il y a deux ans pour pouvoir construire j'accepterai une intervention sur le prix et ainsi voir le mien perdre autant de valeur alors que le crédit on ne me fera pas de cadeau dessus ? ca va la tête ?

  • ericlyon il y a 10 mois

    Le terrain a toujours été cher dans les zones tendus et bon marché dans les autres ce n'est pas nouveau et c'est normal. Comme toujours il y a des gens qui voudrait remettre en cause la loi de l'offre et de la demande mais ce n'est pas possible.

  • sibile il y a 10 mois

    on veut spolier les gens au lieu de payer les terrains au prix du marché

  • calippe3 il y a 10 mois

    en 1974 le terrain représentait un tiers du prix de la maison, aujourd'hui au même endroit limite ville et avec la même maison en surface et qualité le terrain est au même prix que la maison !!!!!!!