Logement : les prix devraient résister, mais les investisseurs désertent

le
12
Globalement en France, les prix des logements n'ont reculé que de 1 à 2 % en 2013.

Va-t-on faire de bonnes affaires dans l'immobilier l'an prochain? Beaucoup de ménages, déçus que l'année 2013 n'ait pas vu les prix chuter, se posent la question. L'année a en effet été meilleure que prévu sur le marché immobilier. Mais les acheteurs sont devenus plus sélectifs. Les propriétaires doivent souvent négocier sur les appartements qui ont des défauts ou les premiers étages. Et les sommets atteints il y a deux ans sur les biens de luxe à Paris ne sont plus de mise, selon Philippe Chevalier chez Émile Garcin.

Pourtant, globalement en France, les prix des logements n'ont reculé que de 1 à 2 % en 2013 selon l'Observatoire du crédit immobilier de meilleurtaux. «Il n'y a pas eu de décrochage», explique Hervé Hatt, le président de meilleurtaux. Il faudra attendre les premiers jours de janvier pour avoir le bilan détaillé de l'année mais la tendance se dessine déjà clairement. Dans les grandes villes et dans les zones où l'emploi résiste le mieux, les prix se maintiennent. En périphérie des villes moyennes, en zone rurale, ils décrochent davantage. Et sur certains segments, comme les résidences secondaires, les transactions sont toujours difficiles. Même les Parisiens, les champions de la résidence secondaire, ne se laissent plus séduire. Selon Jean-François Buet le président de la Fnaim, dans certaines régions les prix des maisons de campagne ont chuté de 20 à 25 % en un an.

Stabilité attendue en 2014

Les professionnels ne croient pas à un effondrement des prix l'an prochain. «Le premier semestre 2014 devrait ressembler à 2013. Si les taux de crédit restent bas, il y aura peu de correction sur les prix», estime Laurent Vimont, le président de Century 21. Chez Xerfi, Alexandre Mirlicourtois, directeur de la prévision table sur une baisse des prix des logements de 1 % l'an prochain.

Dans une conjoncture morose et qui devrait le rester une bonne partie de l'année prochaine, certains segments du marché comme les résidences secondaires devraient continuer à souffrir. Si les acquéreurs qui achètent pour se loger sont toujours présents, les investisseurs qui font un placement immobilier, eux, désertent le marché et ne sont pas prêts de revenir. L'encadrement des loyers fait peur. «C'est une bombe à retardement, on est en train de détruire le marché», tempête Laurent Vimont.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aphex le jeudi 12 déc 2013 à 16:44

    vivement que l'immo en france se casse le g.ueule ... retour à la réalité !! kan il n'y aura plus de demandes il va falloir attacher vos ceintures !! down

  • SuRaCtA le mercredi 11 déc 2013 à 12:38

    Faites des règles, poser des contraintes, inventer le GUL et autres inepcties réduisant le revenu locatif et otonnez vous que les investisseurs désertent l'immobilier... L'économie ne s'apprend pas à l'ENA, tant que les Français ne l'aurontz pas compris quand ils mettent leur bulelin dans l'urne ne vous étonnez pas d'avoir des élites incompétences et innéficaces..

  • ansquerd le mercredi 11 déc 2013 à 11:54

    Les vendeurs ne sont pas raisonnables. Quand je vois les offres de biens vendus 'avec locataires' à 220-250 loyers sur des villes de province comme Nantes, je me dis que les SCPI (d'accord pas le même marché, mais la même structure de financement pour les particuliers) offrent des meilleurs rendements avec les problèmes de gestion en moins pour ceux qui veulent investir dans de l'immobilier à crédit.

  • marcsim5 le mercredi 11 déc 2013 à 11:00

    Eh oui, fortunos, tu as raison et les journaleux des rubriques éco devraient reviser leurs bases: loi de l'offre et de la demande par ex.

  • fortunos le mercredi 11 déc 2013 à 09:36

    Que de mauvaise foi de cet article du journal du multimilliardaire Serge Dassault qui veut nous prend pour des neuneus en osant dire les prix resistent mais les investisseurs desertent.Si les acheteurs et investisseurs desertent,dans tout marché il y a baisse du prix.Et quand un journaliste du milliardaire dit les prix resistent,ca veut dire qu ils montent!!

  • roulio86 le mercredi 11 déc 2013 à 09:23

    RIC335DA ce n'est pas le probleme des banques, c'est uniquement la politique du gouvernement...

  • roulio86 le mercredi 11 déc 2013 à 09:20

    l'immobilier c'est terminé, avec la dufflot, plus ce gouvernement qui taxe à tout va et avec lequel on a aucune perspective sur le long terme....placement à fuir......comme tout le reste ...

  • supersum le mercredi 11 déc 2013 à 08:56

    RIC335DA Si vous insinuez le fait de preter minimum 200000 euros à moins de 3%, euh non impossible car aucun épargnant déjà racketter par l'état n'acceptera une épargne qui ne rapporte plus rien

  • supersum le mercredi 11 déc 2013 à 08:54

    MaIs duflop va construire des millier de logements pour compenser les bailleurs privés. A elle toute seule la petite écolo a détruit tout un secteur économique et va mettre à la rue des centaines de français, c'est beau quand meme

  • RIC335DA le mercredi 11 déc 2013 à 08:27

    Le jour ou le gouvernement passera une loi pour que les banques prêtent plus facilement, l'immobilier va repartir, et les investisseurs ne vont plus deserter. Mais il est mieux pour le gouvernement de taxer toujours plus pour récupérer de l'argent, plutot que de favoriser une reprise d'activité qui est très bonne pour toute la chaine de l'économie. Maintenant tout le monde a compris, que si ilfaut faire blanc pour le bien de la France, le gouvernement fera l'inverse, pauvre france