Logement : les politiques alternatives existent

le
1

Le Medef et les leaders de l’UMP ont des idées pour faire baisser les prix de l’immobilier.

Y a-t-il une autre politique pour faire baisser le prix des logements et relancer la construction? Alors que le gouvernement va mettre en place l’encadrement des loyers à Paris d’ici à juillet et à Lille, à l’automne, l’opposition et le Medef pensent que oui. Ces temps-ci, c’est à qui proposera le plan le plus efficace pour peser sur les prix de l’immobilier. L’ex-Premier ministre François Fillon a dégainé le premier. Depuis, le Medef a sorti son plan Orsec sur l’immobilier. Et Nicolas Sarkozy a profité de la convention logement qu’il a organisée à l’UMP pour évoquer les pistes les plus efficaces selon lui.

Preuve que cette question est prioritaire, l’ex-président de la République plaide pour que le ministre en charge du logement soit un superministre. Il faudra «donner au ministre du Logement le poids d’un ministère régalien», qui rassemblerait «toutes les compétences “habitat” pour éviter la dilution des responsabilités (ville, logement, aménagement, urbanisme, transports)», explique-t-il. Quelle que soit l’organisation de l’équipe gouvernementale, l’opposition et le Medef s’entendent sur un point: la suppression de l’encadrement des loyers - prévu dans la loi Alur - est impérative car ce texte incite, selon eux, les propriétaires à retirer leur bien de la location et décourage les particuliers d’investir dans la pierre.

Nicolas Sarkozy n’a pas de mots assez durs pour la loi Alur «caractérisée par une vision hémiplégique et idéologique du gouvernement socialiste». Une fois abrogée la loi sur l’encadrement des loyers, François Fillon propose de mettre en place un «bail homologué» avec lequel le propriétaire aura droit à des avantages fiscaux supplémentaires proportionnels à la faiblesse des loyers pratiqués. Pour redonner confiance aux propriétaires-bailleurs, le Medef souhaiterait également que l’expulsion des locataires «défaillants, de mauvaise foi» soit rendue plus facile.

Fillon favorable à la vente de HLM à des locataires

Pour construire plus, il faut en finir avec l’inflation des coûts de construction. Dans ce but, François Fillon appelle de ses vœux une simplification des normes de construction. Le Medef se montre plus précis et demande un moratoire de trois ans sur ces fameuses normes. Enfin, il s’agit de donner un coup de pouce aux candidats à l’achat d’un bien immobilier. En septembre 2014, le gouvernement Valls a élargi les conditions d’octroi du PTZ (prêt à taux zéro). François Fillon veut aller plus loin. Il défend la suppression des droits de mutation sur toutes les ventes. Nicolas Sarkozy propose, lui, de réduire le taux de TVA de 20 à 5,5 % dans la construction neuve pour les primo-accédants.

Concernant la gestion du parc HLM, la droite et le Medef ne manquent pas d’idées non plus. François Fillon propose de baisser le plafond de ressources donnant accès au logement social. En clair, de réduire le nombre d’accédants potentiels à une HLM. Il est aussi très favorable à la vente de HLM à des locataires. Une solution qui permettrait d’augmenter les revenus des organismes de logement social et de les doter de moyens supplémentaires pour construire plus. Une piste préconisée également par le Medef alors que le gouvernement socialiste ne veut pas en entendre parler. Décidément, en matière de logement, il y a bien une politique de gauche et une politique de droite.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • b.renie le lundi 13 avr 2015 à 05:39

    La droite entend mettre de l'ordre dans cette activité essentielle à plusieurs points de vue. D'abord se loger dans le lieu qui convient à la vie de tous les jours. Se loger agréablement et confortablement. Investir. Fournir de l'activité à toute l'économie: quand le bâtiment va tout va. Le transport de personne est aussi concerné.