Logement : les mises en chantier toujours déprimées

le
5
Logement : les mises en chantier toujours déprimées
Logement : les mises en chantier toujours déprimées

Et si les prix dans les logements neufs repartaient à la hausse dans les deux prochaines années ? Alors que les mises en chantier ont chuté de 6,2% de février à avril par rapport à la même période de l'an passé, les investissements dans des biens immobiliers bénéficiant du dispositif Pinel sont repartis à la hausse depuis six mois. Conséquence : une rupture de l'offre pourrait se dessiner dans les prochains mois en faisant remonter les prix. Les particuliers pourraient davantage se tourner vers l'ancien, où les prix ont baissé de 1,9% sur un an

En effet, selon les chiffres du ministère du logement, les mises en chantier de logements neufs en France, mais aussi les demandes de nouveaux permis de construire, sont en fort recul par rapport à l'an passé : - 6,2% de février à avril pour les mises en chantier et - 6,8% pour les demandes de permis de construire. Sur la période de douze mois achevée fin avril, les mises en chantier ont baissé de 7,5% à 347 900 et les demandes de permis de construire de 5% à 365 600. Dans le détail, l'érosion concerne surtout les logements «ordinaires» alors que les logements en résidence (pour séniors, étudiants ou dédiés au tourisme), un segment de niche, ont mieux résisté (-1,5%).

A l'inverse, de janvier à mars, les ventes de logements neufs ont progressé de 10,4% sur un an, à 25 826 logements, selon les chiffres publiés jeudi par la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI). Cette reprise est pour l'instant portée par les investisseurs grâce aux assouplissements apportés au dispositif fiscal Pinel (ex-Duflot), avec un bond des ventes de près de 60% alors que les ventes aux accédants à la propriété régressaient de 3,3% en dépit de taux d'intérêt toujours très bas.

Jusqu'à 21% d'impôt en moins avec le dispositif Pinel

Les anciens dispositifs (Scellier, Duflot) ne proposaient qu’une réduction d’impôt de 13 % ou 18%. Le dispositif Pinel à partir du 1er septembre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • calippe3 le vendredi 29 mai 2015 à 14:58

    en ce qui concerne les logements aujourd'hui il y a énormément de gens seuls jeunes, divorcés et séniors et eux n'intéressent pas les promoteurs ils aimeraient trouver des petites maisons neuves à acheter comme les familles

  • M1945416 le vendredi 29 mai 2015 à 14:49

    j'ai des amis, ils ont mis plus de 2 ans pour virer ceux qui squattaient leur logement, en plus ils ont du leurs trouver un autre appart et le déménagement … de la folie pure

  • mlemonn4 le vendredi 29 mai 2015 à 11:57

    Comme ils ont dilapidé l'argent public, ils cherchent désespérément les investisseurs privés qui en prendront pour 15 ans pour un rendement négatif aujourd'hui vu l'augmentation continue des charges -taxes foncières, charges de copra, syndic et surtout l'augmentation des risques d'impayés pour les propriétaires en cette période de baisse du pouvoir d'achat; il faut 18 à 24 mois voir plus pour récupérer son logement et pendant ce temps, ils doivent payer à la place du locataire. Trop de risques

  • mlemonn4 le vendredi 29 mai 2015 à 11:51

    Il n'y a pas si longtemps, ils nous criaient c'est la reprise dans l'immobilier ? Nos politicards ne veulent pas comprendre qu'ils n'attraperont plus avec du miel les pigeons! L'avantages fiscal Pinel (trop contraignant) qui n'en est pas un (niveau de taxation de l'immobilier ne permet plus d'avoir une rentabilité) sutout pour un investissement à risques sur 15 ans et qui plus est avec la hausse annoncée des taxes foncières et d'habitation qui est déjà en route depuis au moins 5 ans!

  • M107412 le vendredi 29 mai 2015 à 11:18

    Ne pas confondre logement et investissement.