Logement : les mises en chantier chutent toujours

le
9
Logement : les mises en chantier chutent toujours
Logement : les mises en chantier chutent toujours

Le président en a fait l'une de ses priorités de la rentrée. Alors que les efforts du gouvernement n'ont pas permis jusqu'ici d'enrayer l'effondrement de la construction, François Hollande a promis la semaine dernière un nouveau «plan de relance» pour le secteur. Un nouveau train de mesures d'autant plus attendu que les mises en chantier de logements neufs ont continué de chuter entre mai et juillet.

Durant cette période, elles ont reculé de 13,3% sur un an, pour s'établir à 73 468, et ont même dégringolé de 16% pour les logements classiques (hors résidences), selon les statistiques du ministère du Logement. Sur les douze mois achevés en juillet, le nombre de logements neuf mis en chantier affiche un recul également notable de 10,8% à 305 079 unités.

Le nombre de permis de construire accordés pour des logements neufs, qui renseigne sur les futures mises en chantier, a de son côté diminué de 1,1% de mai à juillet, à 101 885, toujours selon le ministère. Un léger mieux, comparé à leur recul de 25% à la fin du premier trimestre. Sur douze mois, la baisse se réduit un peu pour les permis de construire, avec un repli cumulé de 17% à fin juillet (contre 20,7% à fin mai) à 391. 474 unités.

En 2013, 331 867 logements neufs avaient été mis en chantier, un chiffre en repli de 4,2% sur un an, bien en deçà de l'objectif gouvernemental - encore jamais atteint dans l'Hexagone - d'un demi-million de logements construits par an.

L'urgence de la « simplification fiscale »

Dimanche, plusieurs médias ont affirmé que le gouvernement s'apprêtait à autoriser la location de logements neufs entre ascendants et descendants d'une même famille, parmi les mesures envisagées pour redynamiser un secteur moribond. « Malheureusement, la dégradation continue. On ne voit pas comment les choses peuvent se redresser rapidement », a commenté François Payelle, président de la fédération des promoteurs immobiliers (FPI).

La ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7034327 le mercredi 27 aout 2014 à 17:39

    S'il n'y a pas d'incitations fiscales et administratives, par la suite pas de garantie et de couverture pour les proprios, ceux qui ont du fric n'ont aucune raison d'investir dans la pierre. D'où la chute des mises en chantier et la persistance de la crise du logement.

  • M1168313 le mercredi 27 aout 2014 à 14:46

    la france n'aime pas les propriétaires... La loi duflot est tellement confiscatoire et pénalisante pour les propriétaires qu'aucun acteur économique ne veut plus acheter pour louer..

  • annelion le mercredi 27 aout 2014 à 13:35

    Deja il faut cesser d'imposer l'immobilier a tout va…

  • M1945416 le mardi 26 aout 2014 à 21:18

    duflot à proposé le texte, ok ,mais c'est bel et bien nos politiques qui l'on voté , pas un pour la contredire , alors que tout les pro disait que ce texte était une cata ... à leurs décharge dès qu'ils sont pas d'accord, ils sont mis à la porte, il faut de bonne marionnettes ..

  • dbonn le mardi 26 aout 2014 à 19:06

    on ne va pas se répéter: dès que vous achetez pour louer vous devenez un pigeon. le proprio n'est pas défendu et lorsqu'on veut vendre il faut attendre 30 ans pour ne pas être floué taxé sur la plus-values. Donc, que l'Etat se débrouille, construise et loue lui-même

  • supersum le mardi 26 aout 2014 à 18:35

    Ouai l'argent est en assurances vies à present c'est beaucoup et ça rapporte plus que faire du social

  • lenip le mardi 26 aout 2014 à 17:44

    Ce n est pas ce gouvernement de menteurs qui va faire revenir les investisseurs !!!!!

  • roulio86 le mardi 26 aout 2014 à 17:26

    merci duflot......

  • remimar3 le mardi 26 aout 2014 à 17:12

    Bravo a Duflot pour avoir désintoxiqué les français de l'immobilier. Cette addiction n'avait que trop duré. Vive la recherche appliquée, les entreprises innovantes... ! Mais au fait reste-t-il encore des gens en France capables de faire ça ? L'assistanat laisse toujours des traces profondes dans la société et il est dur de retrouver un esprit d'initiative après.