Logement : les mesures de Manuel Valls pour relancer l'immobilier

le
5
Logement : les mesures de Manuel Valls pour relancer l'immobilier
Logement : les mesures de Manuel Valls pour relancer l'immobilier

On est très loin de la construction des 500 000 logements par an promis par François Hollande. Les derniers chiffres confirment au contraire une chute du marché, avec un recul de près de 20 % sur un an. Notre journal dévoile les mesures que le gouvernement annoncera aujourd'hui pour relancer la construction. « Il s'est créé un climat de crainte autour de la loi Alur (NDLR : accès au logement et un urbanisme rénové) », nous déclare le Premier ministre, Manuel Valls, qui se veut « pragmatique » et assure ne pas « céder » aux lobbys de l'immobilier.

Les professionnels estiment que la loi Duflot est responsable de la mauvaise santé de l'immobilier. Et vous ?

MANUEL VALLS. Non, la loi Alur vient d'être votée, elle n'est pas responsable d'une situation qui dure depuis des années. C'est un fait : le marché est déprimé. Il n'y a eu que 330 000 mises en chantier en 2013, alors qu'il en aurait fallu 500 000. Il faut donc agir et vite. Dans beaucoup de villes, se loger est devenu un vrai casse-tête. Louer ou acheter est devenu très difficile. Je veux donc enclencher un cercle vertueux : aider les Français concrètement à accéder à un logement, et relancer un secteur déterminant pour la croissance et l'emploi.

Est-ce donc, comme l'a dénoncé Cécile Duflot, un « détricotage » de sa loi ?

Je ne veux pas perdre de temps avec des polémiques qui n'intéressent pas les Français. Aucun détricotage, mais une application réaliste, pragmatique et vigilante de la loi.

Quelles mesures allez-vous donc prendre ?

Nous voulons d'abord favoriser l'accession à la propriété en élargissant l'accès au prêt à taux zéro. Davantage de ménages doivent pouvoir en bénéficier. Ces prêts seront disponibles auprès des banques en octobre 2014. Prenons un seul exemple : celui d'un couple qui habite dans une zone où le marché immobilier est tendu, comme à Toulouse, et qui gagne 2 250 ? par mois. Pour acheter, il pourra ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • je.valle le mercredi 25 juin 2014 à 17:14

    Pour le baratin je crois que nous avons des politiques qui sont champions du monde toutes catégories. Malheureusement pour prendre des mesures pragmatiques et de saine économie il n'y a plus personne....Les gens se réfugient dans les SIIC ....jusqu'à ce que vous les torpilliez, comme tout le reste.

  • supersum le mercredi 25 juin 2014 à 15:26

    Il ne veut strictement rien changer, il lance une mesurette pour le prêt à taux zero qui couvrira à peine l'augmentation des frais notariaux. La GUL tient toujours et l'encadrement des loyers aussi avec des loyers qui baissent, l'augmentation des impots et des taxes, l'inflation bref en route vers le rendement à 1% pire que le livret A

  • supersum le mercredi 25 juin 2014 à 15:11

    Tu ne veux pas céder mais nous non plus et dit toi bien cher walls que pour l'investisseur particulier c'est fini l'immo, pas de relance possible, le particulier de la quarantaine ne va pas investir pour 30 ans avec de nouvelles mesurettes pour garantie. Restera les Scpi ou on reprend son fric du jour au lendemain et ou c'est gérer par des fonds on verra si c'est mieux pour le locataire

  • M4888303 le mercredi 25 juin 2014 à 11:02

    Le détricotage de la loi Duflop est insuffisant! c'est par son abrogation purement et simplement qu'il faut commencer puis par l'abrogation des lois Quillot pour redonner de la souplesse au marché.A force de surprotéger le locataire et penaliser le propriétaire tous les investisseurs privés ont foutu le camp!

  • gacher le mercredi 25 juin 2014 à 09:36

    on va investir sur l'avenir. plan social, chômage, fermeture. ca permet d'avoir un crédit sans salaire et de se retrouver à la rue comme on a vu aux US. valls cherche les nigauds qui vont tout perdre