Logement : les loyers augmentent moins que l'inflation

le
0
Ce phénomène est observable sur près de 3.000 villes, dont 700 de plus de 10.000 habitants. (© Fotolia / Phovoir)
Ce phénomène est observable sur près de 3.000 villes, dont 700 de plus de 10.000 habitants. (© Fotolia / Phovoir)

(lerevenu.com) - L'encadrement des loyers, abandonné par le gouvernement Valls sauf à Paris, aurait sans doute mal trouvé sa place dans l'environnement actuel. Selon l'observatoire Clameur, qui analyse l'évolution du marché locatif privé, sur près de 3.000 villes, dont 700 de plus de 10.000 habitants, les loyers progressent moins vite que l'inflation... quand ils ne baissent pas. Ces loyers de marché sont mesurés par Clameur lors d'une relocation ou d'une location nouvelle, pour les seuls logements du secteur libre. Leur évolution ne doit donc pas être comparée à celle de l'indice de référence des loyers (IRL), qui régit les baux en cours.

+20% de vacance locative

«Si on se limite aux vingt premières villes par le nombre d'habitants, dans un quart d'entre elles les loyers baissent ou progressent moins vite que l'inflation», précise Michel Mouillart, professeur d'économie à l'université Paris-Ouest, et auteur des notes de conjoncture de Clameur. «Les loyers de marché ont baissé à Dijon et Saint-Étienne. Ils ont augmenté moins que l'inflation à Grenoble, Nantes et Toulon», poursuit-il. À Montpellier, Strasbourg et Toulouse, ils progressent à un rythme à peine plus rapide que l'inflation. 

Et si on se limite aux villes de plus de 146.000 habitants, dans 55% d'entre elles les loyers ont progressé moins que l'inflation entre 2011 et

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant