Logement : les candidats se mobilisent

le
0
Hollande, Bayrou et Sarkozy s'accordent au moins sur un point : faire du logement l'un des grands chantiers du futur mandat présidentiel. Le point sur les différentes propositions des candidats.

C'est un sujet majeur sur lequel les Français s'interrogent en vue de la présidentielle. Selon un sondage récent, plus de 70% d'entre eux voudraient en savoir plus sur les propositions des principaux candidats pour réduire le mal-logement. Les données du problème sont connues: 1,2 million de personnes sont sur liste d'attente pour décrocher une HLM, et la pénurie de logements est évaluée à 800.000 appartements selon les promoteurs immobiliers et à 1,2 million selon la Fondation Abbé-Pierre. Pour améliorer la situation, les candidats s'accordent sur un point: pour construire plus d'appartements et de maisons, il faut libérer plus de terrains. Nicolas Sarkozy va dévoiler son programme logement dans les prochains jours. Il a d'ores et déjà annoncé son souhait de diviser par deux les droits de mutation perçus lors des ventes. Fin janvier, le président de la République s'est aussi engagé à ce que l'Etat et ses bras armés (la SNCF, La Poste, RFF...) accélèrent la cession du foncier. Ses services ont identifié 394 terrains en Ile-de-France que les administrations vendront d'ici à 2016 aux opérateurs de logement social ou aux promoteurs immobiliers pour faire du logement. «Cela devrait permettre de construire 50.000 logements supplémentaires sur la période», explique Benoist Apparu, ministre du Logement. En province aussi avec la vente des terrains de l'Etat, la construction de 50.000 autres logements est escomptée . François Hollande planche également sur la mobilisation des terrains de l'Etat pour construire plus. Avec deux différences notables. Quand Sarkozy préconise la vente de ce foncier par l'Etat, le candidat socialiste penche pour une mise à disposition gratuite. Et le Président veut mixer du logement privé et des HLM sur ce foncier alors que Hollande exigerait uniquement du logement social. «Il se bâtit aujourd'hui 90.000 HLM chaque année ; nous pourrions en construire 20.000 de plus par an jusqu'en 2017», explique Thierry Repentin, le sénateur PS en charge du Logement dans l'équipe Hollande. Autre mesure emblématique du programme socialiste, le durcissement de la loi SRU (Solidarité et renouvellement urbain) adoptée en 2000. Jusqu'ici, elle oblige les communes à construire 20% de logements sociaux. «Nous passerions ce seuil à 25%», souligne Thierry Repentin. Et les sanctions financières faibles (150 euros par logement manquant) seraient quintuplées en cas de non-observation de ce texte. François Bayrou est favorable au même relèvement de seuil. «La sanction serait montée à 5000 euros par logement manquant», avance Rodolphe Thomas, en charge du Logement au MoDem. Et il suggère que la ponction de 340 millions d'euros par an effectuée depuis 2011 par l'Etat sur les organismes HLM leur soit reversée. Une façon de leur redonner des moyens pour construire plus.

Doubler le plafond du Livret A

Hollande et Bayrou se retrouvent sur un autre terrain: ils proposent que le plafond du Livret A passe de 15.000 à 30.000 euros. Une façon de débloquer des fonds pour bâtir plus de HLM, car 70% de la collecte de ce produit financier est utilisé par la Caisse des dépôts pour accorder des prêts à taux bonifiés aux organismes HLM bâtisseurs. «5,2 millions de personnes ont un Livret A au plafond, calcule Thierry Repentin. S'ils mettent 4000 euros supplémentaires sur ce compte, cela rapportera 20 milliards, dont 70% (14 milliards) seront réservés au logement social.» Avec toutes ces mesures, François Hollande affiche des ambitions de construction très ambitieuses pour les HLM: il veut en bâtir 150.000 par an. François Bayrou, lui, parle de 200.000 à 250.000 logements sociaux par an. De son côté, Nicolas Sarkozy, qui ne se focalise pas uniquement sur les HLM, a exploré une autre piste. Il a ouvert la possibilité de construire plus sur un même terrain. La loi augmentant la constructibilité de 30% a été votée début mars. Et elle sera applicable dès janvier 2013. Une façon de baisser les prix des logements neufs. Pour construire plus de logements privés, François Bayrou défend la mise en place de dispositifs de défiscalisation à destination des particuliers investisseurs qui prendraient le relais de la loi Scellier, supprimée en janvier 2013. «Mais, en contrepartie, les propriétaires qui bénéficieraient de ce dispositif seraient obligés de souscrire une GRL (garantie des risques locatifs), ce qui permettrait de demander moins d'assurances au locataire», affirme Rodolphe Thomas. François Hollande, lui, privilégie l'encadrement des loyers pour éviter que les prix ne grimpent trop. «Dans les zones tendues, l'idée serait de limiter lors de la première location ou de la relocation le niveau du loyer à 80% des prix pratiqués en moyenne», explique Thierry Repentin.

LIRE AUSSI:

» Des HLM design fleurissent aux Batignolles

» Les prix baissent, c'est le moment d'en profiter

» Les milliards des ventes immobilières de l'État

SERVICE:

» Retrouvez toutes les annonces immobilières avec Explorimmo

SUIVEZ LE FIGARO IMMOBILIER SUR:

» Twitter: @LeFigaro_Immo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant