Logement : le pouvoir d'achat des accédants à la propriété se contracte

le
4
Voronin76/Shutterstock.com
Voronin76/Shutterstock.com

(AFP) - Le pouvoir d'achat des ménages accédant à la propriété se contracte, ces derniers achetant des logements plus petits et moins chers, avec un apport personnel plus faible, a constaté jeudi le promoteur Nexity, au vu de son activité lors des neuf premiers mois de l'année.

De janvier à septembre, "le marché de l'accession à la propriété s'est fragilisé", a constaté le groupe, compte tenu du recul du nombre d'acquisitions en résidence principale sur un an.

Parmi les clients de Nexity, les ménages qui ont acheté un logement pour la première fois ont acquis en moyenne 65 m2, une surface en baisse de 1,5 m2, à un prix moyen lui aussi en repli (-3,1%) de 3.786 euros le m2.

Les budgets moyens des ménages acquéreurs "sont en baisse dans toutes les zones et pour tous les profils", détaille Nexity. Celui des primo-accédants recule de 2,1% à 223.000 euros, et celui des acquéreurs qui ont financé leur achat par la vente d'un premier bien, de 4,5% à 341.000 euros.

La situation financière des primo-accédants semble se dégrader : ils sont plus nombreux que l'année dernière à avoir recours au Prêt à taux zéro (PTZ) tandis que leur apport financier moyen recule nettement (-13,1%) à 40.900 euros. Ils ne sont plus que 44% à pouvoir apporter 10% d'apport personnel, contre 50% un an plus tôt.

Selon le baromètre Nexity/Ipsos publié jeudi, 71% des Français trouvent qu'il est "difficile de trouver un logement en France aujourd'hui". Seuls 20% d'entre eux tablent sur une amélioration de cette situation "dans les années qui viennent".

Et six Français sur dix estiment que la génération de leurs enfants connaîtra une situation "moins bonne" en matière de logement.

Interrogés sur la priorité qui doit être celle du gouvernement, les Français répondent d'abord: l'encadrement des loyers (47%, +2 points par rapport à janvier). La limitation de la hausse des prix à l'achat, elle, est évoquée par 32% des sondés (+4 points), devant la mixité sociale (22%) ou le logement social (17%).

Ce sondage a été réalisé par téléphone, les 29 et 30 août, auprès de 957 personnes constituant un échantillon représentatif de la population française, selon la méthode des quotas.

Sur les neuf premiers mois de l'année, les accédants à la propriété ont représenté moins d'un client particulier sur deux (46,6%, en recul de 1,3 point sur un an) chez ce promoteur.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • CHAKHO le vendredi 31 oct 2014 à 11:02

    Sarko n’a pas fixé les prix mais il a mis en place des incitations fiscales (Sellier, PTZ) à une période où la demande sur l’immobilier explosait à cause de la crise. La question est pourquoi des incitations fiscales lorsque la demande est forte ? Pour y répondre on n’a pas besoin d'êre expert des tableaux d’amortissement

  • zeisuke le vendredi 31 oct 2014 à 09:13

    Ah bon c'est sarko qui a fixé les prix de l'immobilier première nouvelle !!!c'est les prix sont aussi haut c'est que les gens ne savent pas lire un tableau d'amortissement et la majorité pense que l'argent prêté est gratuit !!!

  • CHAKHO le vendredi 31 oct 2014 à 07:41

    Si les prix sont aujourd'hui excessifs par rapport aux revenus, la faute incombe à Sarkozy et non à Duflot. Un peu de mémoire.

  • lsleleu le vendredi 31 oct 2014 à 02:08

    J'espère que l'on ne considère pas que c'est une surprise merci à la hausse des impôt et merci Duflot.