Logement : la loi Alur n'a plus fière allure !

le
48
Au lieu d'intensifier la construction de logements et de tendre à l'objectif de 500 000 logements mis sur le marché chaque année, les deux années de gestion de Cécile Duflot ont eu l'effet inverse.
Au lieu d'intensifier la construction de logements et de tendre à l'objectif de 500 000 logements mis sur le marché chaque année, les deux années de gestion de Cécile Duflot ont eu l'effet inverse.

Plongeon d'un tiers des mises en vente de logements neufs au premier trimestre, disparition de la moitié des investisseurs, destruction de 7 000 emplois du bâtiment attendue en 2014 après les 40 000 déjà perdus... La loi Alur de Cécile Duflot a bel et bien aggravé le retournement du marché de l'immobilier dans l'Hexagone. À tel point qu'avant même sa mise en oeuvre, faute de décret d'application, le gouvernement envisage de la détricoter. Loin d'enrayer la hausse des prix, l'encadrement des loyers, mesure-phare de la loi, a, dès son annonce, suscité un mouvement d'attentisme des acquéreurs, ne sachant pas à quelle sauce ils seraient mangés et à quel niveau de loyer ils pourraient proposer leur bien. L'ex-ministre du Logement Cécile Duflot s'était vantée de ne pas être la énième ministre à attacher son nom à une réforme du logement. Puis la passionaria d'Europe Écologie-Les Verts a tout d'abord décidé de confier aux préfets de région la possibilité de diminuer jusqu'à 20 % le plafond de loyer autorisé pour tous les propriétaires désireux de bénéficier de la réduction d'impôt (18 % dans la limite de 300 000 euros répartis sur 9 ans). Mal lui en a pris, les préfets n'avaient pas les observatoires leur permettant de déterminer un prix de référence. La grande majorité n'a pris aucune décision, entretenant ainsi l'incertitude. Prenant tardivement conscience du temps perdu, la ministre a dû prendre ensuite un décret...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • soulamer le dimanche 15 juin 2014 à 20:09

    Ces socialistes comme Mitterand se font toujours élire en faisant des promesses intenables

  • OREGON3 le samedi 14 juin 2014 à 23:29

    Maintenant j'ais fermé le robinet de l'investissement et ne suis pas près de revenir dans l'immobilier, et conseil à tout les gens qui souhaitent mettre de l'argent dans l'immobilier de bien faire attention..........................

  • OREGON3 le samedi 14 juin 2014 à 23:23

    DUFLOT qui viens du secteur social cherchait à se constituer un fond électorale sur le dos des socialistes avec la loi ALUR tout en s'asseyant sur les idées du parti EELV puisque elle n'a jamais rien fait par ex. pour l'isolation des biens, c'est une ambitieuse et déteste particulièrement les propriétaires pour l'avoir dit sur des plateaux de télés

  • OREGON3 le samedi 14 juin 2014 à 23:10

    supersum, parfaitement c'est bien SARKOZY qui a fait perdre l'envie d'investir dans l'immobilier avec les 30 ans de détention (incroyable), HOLLANDE a fini de faire perdre totalement confiance en nommant DUFLOP laquelle a cassé la confiance avec l'encadrement des loyers, ...résultat -30% dans la construction en 2013 et en 2014 ça sera encore pire et le 1 er contributeur de chômeurs sera le bâtiment, c'est pour ça que VALLS à peur..et se mets à promettre à tout va en espérant convaincre d'acheter

  • danquign le samedi 14 juin 2014 à 20:24

    Valls enlucé

  • fbordach le samedi 14 juin 2014 à 19:38

    Bienvenue au Kolkhoze! Quand on voit le patrimoine, l'expérience professionnelle, l'origine familiale et la formation de Duflop on comprend qu'elle n'ai pas été capable de bien appréhender son ministère...

  • supersum le samedi 14 juin 2014 à 16:52

    C'est de toute les couleurs, l'en*kulé qui a mis l'exonération à 30 ans et la taxation à 34% c'est Sarko juste avant de partir

  • vtrocme le samedi 14 juin 2014 à 14:56

    tiens même PDSI prend ses distances... Pourtant c'est plus rose que vert cette loi...

  • vtrocme le samedi 14 juin 2014 à 14:55

    Et en plus, je pense qu'il faudrait supprimer toutes les aides à l'immobilier qui se retrouvent in-fine dans le prix de vente (ou de location). Laissons le marché se réguler de lui même (et en prime, cela diminuera les dépenses de l'état).

  • vtrocme le samedi 14 juin 2014 à 14:50

    Une vraie loi efficace, cela aurait été de proposer aux propriétaires de pouvoir virer manu-militari les mauvais payeurs, mais en contrepartie en proposant des loyers 20% sous la moyenne de la ville.