Logement: la construction en chute libre

le
0

VIDÉO - En 2014, la construction de logements neufs devrait passer sous la barre des 300.000 unités. Un point bas jamais atteint depuis les années 1950.

Des mises en chantier en berne, des permis de construire sur la pente descendante… selon le ministère du Logement qui a fait le point mardi matin sur la construction de logements depuis novembre 2013, la situation s’est encore assombrie. Entre novembre 2013 et octobre 2014, les mises en chantier ont reculé de 11,4%, à 301.400 unités.

Depuis les années 1950, on n’était jamais tombé aussi bas. La chute est vertigneuse: en 2011, on a encore bâti 420.000 logements neufs. Et le recul n’est pas enrayé. «On se demande aujourd’hui si pour 2014 on ne sera pas en dessous de la barre des 300.000 logements neufs alors qu’il faut 340.000 logements neufs rien que pour satisfaire la demande des nouveaux ménages.» Au début de son mandat présidentiel, François Hollande était même beaucoup plus ambitieux: pour résoudre la pénurie de logements évaluée à 800.000 unités, il avait promis d’en faire édifier 500.000 par an.

Effets induits sur la compétitivité de la France

Tous les segments du logement son touchés: les appartements vendus par les promoteurs immobiliers (Nexity, Bouygues, Kaufman & Broad…), les maisons commandées à des constructeurs de maisons individuelles (Geoxia, Maison France Confort…).

Un ralentissement ennuyeux à plusieurs titres: si on construit peu de logements, impossible de faire baisser les prix de l’immobilier en général car la pénurie contribue à la cherté des biens. Cela a des effets induits sur la compétitivité de la France: les salaires doivent forcément tenir compte de ces loyers élevés. Sans compter que la faible activité du bâtiment pèse sur l’emploi en France. En 2013, le secteur a supprimé 25.000 emplois. 7500 jobs devraient encore disparaître cette année.

Si la construction de logements n’arrive pas à redémarrer, c’est aussi que le plan Valls de relance de l’immobilier annoncé fin août traine avant d’être mis en application: par exemple, il était prévu qu’on ne construise pas plus d’un parking par logement neuf dans les quartiers des grandes villes bien desservies par les transports en commun. Cette mesure aurait permis de faire baisser le prix de logement de plus de 5% car les parkings coûtent très cher. Las. Ce dispositif a été en grande partie vidé de de son contenu au Sénat qui a limité ce dispsoitif aux résidences étudiantes et senior.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant