Logement : fin de la trêve hivernale pour les expulsions locatives

le
0
Logement : fin de la trêve hivernale pour les expulsions locatives
Logement : fin de la trêve hivernale pour les expulsions locatives

Après cinq mois d'interruption, la trêve hivernale pour les expulsions locatives touche à sa fin ce jeudi. Dès vendredi matin, de 30 000 à 40 000 foyers risquent d'être délogés sur un total de 190 000 décisions de justice pour impayés. Dans plusieurs villes, comme à Bordeaux, en plus des manifestations sur la loi travail, des associations appellent à des rassemblements. A Paris, une trentaine d'associations rassemblées sur la Place du Palais-Royal à Paris vont demander à la ministre du Logement d'engager les moyens nécessaires pour «mettre fin au «sans-abrisme» et aux expulsions sans solutions de relogement.»

«Chaque année, on se contente de dire que la trêve hivernale commence ou s'arrête, mais on n'est pas capable d'être dans une dynamique qui nous permette de protéger les plus fragiles», explique Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre.

Selon cette Fondation, 11 604 ménages ont été expulsés avec le concours de la force publique en 2014, soit 15 % de plus qu’en 2013. Et au-delà des expulsions avec la force publique, plusieurs dizaines de milliers de ménages ont quitté leur logement chaque année du fait de la procédure et de peur d'être chassés. Les commandements de quitter les lieux ont progressé de près de 20% depuis 2012.

Si l’Ile-de-France est très fortement touchée, les procédures d'expulsion représentant 24% des décisions de justice pour un peu plus de 18% de population française, d'autres régions comme PACA et Rhône-Alpes sont aussi fortement touchées.

«Même les ménages reconnus comme "prioritaires et urgents" sont victimes d'expulsion sans relogement»

Pour l'immense majorité des expulsés, ce sont les impayés qui sont à l'origine des procédures. Les facteurs déclencheurs de ces situations sont majoritairement les pertes d'emploi (43%), un changement de situation familiale, des problèmes de santé... Or, selon les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant