Lockhart (Fed) évoque au moins une hausse de taux en 2016

le
0
    KNOXVILLE, Tennessee, 16 août (Reuters) - L'économie 
américaine est probablement suffisamment solide pour supporter 
au moins une hausse de taux d'ici la fin de l'année, alors 
qu'elle continue de créer des emplois et que l'inflation évolue 
dans une "saine" direction, a déclaré mardi le président de 
l'antenne de la Réserve fédérale à Atlanta. 
    Les récentes statistiques macroéconomiques ont exagéré les 
points faibles de l'économie américaine dont les fondamentaux 
continuent de pointer en direction d'une croissance modérée 
jusqu'à la fin de l'année et durant l'année prochaine, a dit 
Dennis Lockhart, qui ne dispose pas d'un droit de vote 
actuellement au sein du comité de politique monétaire de la Fed. 
    "En tant que membre de l'équipe de responsables monétaires 
de la Fed, je ne suis pas disposé à exclure au moins une hausse 
de taux avant la fin de l'année", a-t-il déclaré selon la 
version écrite d'un discours devant le Rotary Club de Knoxville. 
    Il a toutefois ajouté qu'il n'avait pas de date précise 
fermement ancrée à l'esprit pour un tel relèvement de taux. 
    La Fed n'a plus touché à ses taux depuis qu'elle les a 
relevés pour la première fois en près de 10 ans en décembre 
dernier. Les prochaines réunions de son comité de politique 
monétaire auront lieu en septembre, début novembre, juste avant 
l'élection présidentielle américaine, et en décembre. 
    Avant Dennis Lockhart, le président de la Fed de New York, 
William Dudley, a déclaré mardi qu'une hausse de taux était 
possible en septembre.   
    A la suite des déclarations de ces deux responsables, la 
probabilité d'une hausse de taux est passée au yeux des 
investisseurs de 9% à 18% pour septembre et de 42% à 51% pour 
décembre, selon le baromètre FedWatch de CME Group. 
    Dennis Lockhart a souligné qu'un ensemble de freins pesaient 
sur l'activité, notamment les incertitudes politiques liées au 
vote britannique en faveur d'une sortie de l'Union européenne et 
à l'élection présidentielle du 8 novembre aux Etats-Unis. 
    "Etant donné la fréquence apparente des événements à 
risques, la situation pourrait être celle de décideurs ne 
quittant jamais une position d'attente", a-t-il dit. 
    A ses yeux cependant, les créations d'emplois continuent 
d'être vigoureuses et les salaires et l'inflation montrent des 
signes d'un début de redressement, ce qui l'amène à penser que 
la Fed atteindra ses objectifs d'inflation et d'emploi dans le 
courant de l'année prochaine. 
    "Les premières indications au sujet de la croissance du PIB 
au troisième trimestre évoquent un rebond. Je ne pense pas que 
l'élan soit brisé. Je reste confiant quant aux perspectives pour 
le second semestre de 2016 et pour 2017", a dit Dennis Lockhart. 
 
 (Howard Schneider; Bertrand Boucey pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant