Lock n' LoL : une appli pour faire une détox digitale

le
0
Lock n' LoL : une appli pour faire une détox digitale
Lock n' LoL : une appli pour faire une détox digitale

Des ingénieurs coréens ont mis au point une application pour lutter contre la dépendance aux smartphones. L'outil met en place un système de verrouillage programmé qui rend le téléphone inutilisable.Le professeur Uichin Lee, de l'Institut de science et de technologie coréen (KAIST), a développé une application mobile, Lock n' LoL, qui aide les gens à débrancher leur smartphone. L'objectif étant de les empêcher d'utiliser leur téléphone quand ils participent à des réunions, des conférences ou des discussions. 

Les chercheurs ont constaté que les abus d'utilisation concernent souvent la vérification des messages, des courriers électroniques, ou d'autres contenus en ligne comme des mises à jour de statut sur les réseaux sociaux. Des stimulus externes, comme par exemple, des alarmes de notification, amplifient les distractions et interrompent les interactions de groupe.

L'application permet aux utilisateurs de créer un groupe ou d'en rejoindre un existant. Ils peuvent y inviter des participants réunis autour d'eux ou des amis et partager avec eux le nom du groupe pour activer le mode serrure. Quand les téléphones sont ainsi bloqués, toutes les alarmes et les notifications sont alors automatiquement mises en mode silencieux. Les utilisateurs doivent demander la permission pour débloquer leur téléphone. En cas d'urgence, l'accès au téléphone est autorisé pour un timing de 5 minutes toutes les heures.

Dans le but de changer les comportements, l'appli détecte et invite les utilisateurs se trouvant à proximité à limiter leur usage du téléphone. Lock n' LoL donne aussi des données statistiques comme le temps limité de la semaine en cours, le temps d'utilisation moyen hebdomadaire, le top des amis classés par la durée du temps passé ensemble et le top des activités les plus suivies. 

Les chercheurs ont testé l'application pendant un mois sur un campus étudiants en suivant 1.000 élèves.

À l'issue de l'expérience, ils ont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant