Lloyds-Profit conforme aux attentes au T1 à £2,1 mds

le
0
 (Actualisé avec déclaration du DG, précisions, cours de Bourse) 
    LONDRES, 28 avril (Reuters) - Lloyds Banking Group  LLOY.L  
a fait état jeudi d'un bénéfice courant conforme aux attentes au 
premier trimestre, marqué par une stabilité de son activité et 
une diminution des créances douteuses en dépit d'un 
environnement économique plus difficile.  
   Premier intervenant sur le marché britannique des prêts 
immobiliers, la banque a annoncé un bénéfice courant avant impôt 
de 2,1 milliards de livres sterling (2,7 milliards d'euros) sur 
la période contre un profit de 2,19 milliards de livres un an 
auparavant et 1,99 milliard attendu par les analystes interrogés 
par Reuters.  
    Lloyds a dit que son produit net bancaire avait reculé de 2% 
à 4,4 milliards de livres, la hausse de l'activité dans le 
segment de banque de détail ne permettant pas de compenser 
complètement le recul du pôle assurances. 
    Les charges pour dépréciation d'actifs ont diminué de 6% à 
149 millions de livres, malgré le ralentissement de l'économie 
britannique sur les trois premiers mois de l'année. 
    La banque n'a pas constitué de provision au titre de la 
commercialisation litigieuse d'assurance sur prêts, signe 
qu'elle pourrait commencer à tourner la page d'un scandale qui a 
lourdement pesé sur sa rentabilité.  
   "Ces résultats démontrent la solidité de notre modèle 
d'affaires différencié, simple et à faible risque et reflètent 
notre capacité à répondre activement à un environnement 
opérationnel compliqué", a déclaré le directeur général Antonio 
Horta-Osório, dans un communiqué.  
    La marge nette n'intérêt s'est améliorée à 2,47% et Lloyds a 
passé une charge de 790 millions de livres sur le trimestre pour 
financer le rachat d'obligations et réduire ainsi ses coûts de 
financement.  
    La banque, secourue durant la crise financière moyennant un 
coût de 20,5 milliards de livres pour le contribuable, poursuit 
sa restructuration et a annoncé en février qu'elle verserait un 
dividende spécial de 0,5 pence par action à ses actionnaires.  
    L'Etat britannique, qui détenait 43% du capital après le 
sauvetage, a depuis lors ramené sa participation à 9% environ et 
prévoit de se désengager totalement à l'horizon de mars 2017.  
    L'action a ouvert en baisse de 3,7% en Bourse de Londres. 
     
     
 
 (Andrew MacAskill et Lawrence White, Marc Joanny pour le 
service français, édité par Wilfrid Exbrayat) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant