Lloyds n'aura pas besoin de lever de capitaux

le
0
LLOYDS N'AURA PAS BESOIN DE LEVER DES CAPITAUX
LLOYDS N'AURA PAS BESOIN DE LEVER DES CAPITAUX

LONDRES (Reuters) - Lloyds Banking Group a dit mercredi être en mesure d'atteindre les nouvelles normes prudentielles sans avoir à émettre de nouvelles actions ou à lever des capitaux, après la publication par l'autorité de régulation d'une nouvelle note sur la santé de l'établissement de crédit.

Dans un communiqué publié à la mi-journée, Royal Bank of Scotland a elle aussi indiqué qu'elle n'aurait pas besoin de lever de nouveaux fonds pour se conformer aux normes aux nouvelles normes.

Lloyds a dit juger que le niveau de ses capitaux est suffisant et a réaffirmé ses objectifs précédents en matière de ratios de solvabilité.

"Le niveau élevé de nos capitaux permet au groupe de soutenir la croissance économique et le crédit tout en procurant des résultats solides à nos actionnaires", a déclaré le directeur général Antonio Horta-Osorio.

La Banque d'Angleterre a estimé fin mars que les banques britanniques devaient lever 25 milliards de livres supplémentaires pour être en mesure de supporter d'éventuelles pertes et de poursuivre l'octroi de crédit.

Lloyds a précisé que son ratio core tier 1, en prenant en compte les nouvelles règles prudentielles de Bâle III, serait supérieur à 9% à fin 2013 et dépasserait 10% à fin 2014, à comparer à un objectif de 7% assigné par la Banque d'Angleterre pour les banques du pays à la fin de cette année.

Le son de cloche était identique chez RBS. La banque, contrôlée par l'Etat britannique, a toutefois précisé qu'elle n'excluait pas le principe d'une levée de capitaux si cela s'avérait nécessaire.

RBS souhaite notamment améliorer encore son ratio de fonds propres.

A la mi-journée, le titre Lloyds s'adjugeait 2,23% à 62,91 pence à la Bourse de Londres tandis que celui de RBS prenait 1,9% à 348,7 pence.

Prenant acte des déclarations de Lloyds et de RBS, les autorités de régulation se sont dites satisfaites par les informations fournies.

La Banque d'Angleterre livrera davantage d'informations une fois qu'auront été achevées les discussions avec l'ensemble des établissements de crédit.

Si nécessaire, elle dira si les banques ont besoin de prendre des mesures pour se renflouer.

Matt Scuffham, Nicolas Delame pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant