Lloyds annonce un bénéfice 2016 à son plus haut niveau en 10 ans

le
0
    LONDRES, 22 février (Reuters) - Lloyds Banking Group 
 LLOY.L  a publié mercredi son bénéfice annuel le plus élevé en 
dix ans, la banque qui a fait l'objet d'un sauvetage par l'Etat 
étant désormais proche d'un redressement complet.  
    Premier intervenant sur le marché britannique des prêts 
immobiliers, Lloyds a annoncé un bénéfice avant impôts 2016 de 
4,2 milliards de livres sterling (4,99 milliards d'euros) au 
quatrième trimestre, trois fois plus que son profit de 1,64 
milliard un an auparavant, mais moins que les 4,76 milliards 
attendus par les analystes interrogés par Reuters. 
    Le titre Lloyds gagne 3,98% dans les premiers échanges à la 
Bourse de Londres.            
    Ce bénéfice sera aussi bien accueilli par le gouvernement 
britannique qui vise à se désengager de Lloyds dans les mois à 
venir après l'avoir secourue durant la crise financière de 2008 
moyennant un coût de 20,5 milliards de livres pour le 
contribuable.  
    "(...) notre performance est étroitement liée à la santé de 
l'économie britannique qui a mieux résisté après le référendum 
(sur le Brexit) que ne le prévoyait le marché", dit la banque 
dans un communiqué.  
    Le bénéfice annuel a été dopé par la baisse de ses 
provisions au titre de la commercialisation litigieuse 
d'assurance sur prêts, la banque ayant passé ce qu'elle espère 
être un dernier montant d'un milliard de livres l'an dernier. 
    Les provisions à ce titre ont atteint au total 17 milliards 
de livres, plus que tout autre banque au Royaume-Uni. 
    Son produit net bancaire (PNB) est ressorti en léger repli 
par rapport à l'année précédente et les charges pour créances 
douteuses ont augmenté de 14%, signe avant-coureur que certains 
de ses clients souffrent de l'incertitude post-Brexit. 
    La banque a précisé que sa marge nette d'intérêt - un 
indicateur clé de performance - s'est améliorée pour atteindre 
2,71% sur la période.  
    Elle propose un dividende total de 3,05 pence par action, en 
hausse de 11% sur l'an dernier. 
    La part du gouvernement dans son capital est désormais 
tombée à moins de 5%, ce qui signifie qu'au rythme actuel de 
cession de titres, l'Etat en sera sorti d'ici le mois de mai.  
 
 (Andrew MacAskill et Lawrence White, Juliette Rouillon pour le 
service français, édité par Marc Joanny) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant