LLORIS : « La jeunesse a pris le pouvoir »

le
0
LLORIS : « La jeunesse a pris le pouvoir »
LLORIS : « La jeunesse a pris le pouvoir »

Ecouté et respecté de tous, Hugo Lloris n'a sans doute jamais été aussi fort. Totalement imprégné de la fonction de capitaine, le gardien aux 84 sélections pèse chacun de ses mots pour distiller son message.

 

Avant l'Euro, vous insistiez beaucoup sur la notion de collectif auprès de vos partenaires. Avez-vous le sentiment que vous formez aujourd'hui une véritable équipe ?

HUGO LLORIS. Oui. Pendant la Coupe du monde 2014, on a retrouvé certaines valeurs perdues par le passé. L'Euro s'est très bien passé à l'intérieur du vestiaire et une équipe s'est révélée aux yeux des Français. Certains joueurs viennent et repartent en fonction des blessures ou des méformes, mais il y a une véritable ossature qui constitue l'âme de cette équipe. Mais nous restons un collectif jeune et le sport de haut niveau est une remise en question permanente. Si on ne fait pas ce travail, tout peut basculer rapidement dans l'autre sens.

 

Le fait de rejouer des matchs à enjeux a été important, non ?

Oui, oui. (Il insiste.) Les matchs amicaux, c'est bien sur une courte période pour mettre en place certaines choses mais, à la longue, cela devient difficile de se juger, de connaître son véritable niveau. On l'a très bien géré avec un travail de fond qui nous a permis d'arriver en finale de l'Euro, mais c'était délicat.

 

Est-ce que, aujourd'hui, Karim Benzema manque à l'équipe de France ?

Ça fait quelque temps maintenant que je suis en sélection, j'ai donc une certaine expérience et je peux dire que c'est difficile de lier l'équipe de France à un seul joueur. C'est un collectif et même les grands joueurs doivent s'inscrire dans ce projet. Après, concernant Karim, ce sont des décisions qui appartiennent à la Fédération et au sélectionneur. Le plus important pour lui est de rester compétitif car il fait partie des meilleurs à son poste dans le monde.

 

Après Anthony Martial et Kingsley Coman, Adrien Rabiot ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant