Llorente de retour à la messe

le
0
Llorente de retour à la messe
Llorente de retour à la messe

Parti dans la cacophonie de son Athletic en 2013, Fernando Llorente retrouve pour la première fois le club qui l'a couronné Rey Leon. Un come-back emprunt de nostalgie qui ne devrait cacher quelques sifflets. Car plus que cet idylle de 17 ans, l'aficion basque se rappelle avant tout de son départ agité vers Turin.

L'histoire prend fin un certain 11 mai 2013. D'abord pour San Mamés, cathédrale de Leones qui met une croix sur son siècle d'histoire pour réapparaitre, quelques mois plus tard, dans un apparat flambant neuf. L'atmosphère mêle déjà saudade et excitation, puis gagne en singularité lorsque Fernando Llorente trouve le chemin des filets pour ce qui reste le dernier but inscrit dans le San Mamés 1.0. Un pion qui, par la même, signifie la dernière banderille rojiblanca du longiligne attaquant originaire de Pampelune. Car après 17 ans d'un amour sincère et réciproque, il quitte sa compagne de toujours : l'Athletic de Bilbao.

Llorente, la chance du vieux briscard ?
Entré dès sa onzième bougie dans la cantera basque, il n'en part ainsi que dix-sept ans plus tard. "Ce sera une nouvelle expérience dans ma carrière et, je l'espère, une nuit merveilleuse"Fernando LlorenteEt par une grande porte qui se retrouve finalement si petite, la faute à un imbroglio de plusieurs mois avec sa direction et des bisbilles avec une frange des supporters. En ce jeudi d'Europa League, c'est avec le maillot du FC Séville qu'il retrouve l'antre qui l'a couronné comme le Rey Leon et mené vers la gloire de la Roja. "Ce sera une nouvelle expérience dans ma carrière et, je l'espère, une nuit merveilleuse" a-t-il prévenu. Une nuit fait de sifflets, aussi.

Fernandito, Valverde et embrouilles à répétition


Quand il enfile la tunique blanche et rouge de l'équipe-fanion pour la première fois en janvier 2005, Fernando Llorente n'est encore qu'un minot. "J'aurais vraiment aimé continuer avec Valverde, mais les circonstances ont fait que ce ne sera pas possible."Fernando LlorenteUn gamin au presque double-mètre, certes, dont l'alors père footballistique répond au nom d'Ernesto Valverde. Ce même entraineur basque qui, lors de retour sous la guérite de San Mamés à l'été 2013, entraperçoit la grande carcasse de la pointe qu'il a lancé dans le bain…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant