Livret A : Sapin «veut préserver le pouvoir d'achat des Français»

le
0

INFOGRAPHIE - Comme en janvier dernier, la Banque de France propose une baisse du taux du Livret A en juillet prochain, du fait du faible niveau de l'inflation. Le ministre des Finances, lui, temporise, au nom du pouvoir d'achat des Français... La polémique commence. Moscovici maintient le taux du livret A à 1,25%

En pleines vacances d'été, les Français pourraient recevoir une mauvaise nouvelle pour leur portefeuille. Le taux de leur placement préféré «devrait baisser un peu». C'est le gouverneur de la Banque de France qui l'a annoncé mercredi soir. Déjà, en janvier dernier, Christian Noyer avait proposé un recul du taux de 1,25% à 1%, pour inciter les épargnants à moins épargner et plus consommer.La formule de calcul officielle, qui prend en compte l'évolution de l'inflation et des taux d'intérêt sur le marché monétaire, avait même prévu une baisse à 0,75%. Mais, Pierre Moscovici, alors ministre de l'Économie, avait refusé au nom du pouvoir d'achat des Français et avait préféré maintenir le taux, à 1,25%.

Le mois prochain, on connaîtra le chiffre de l'inflation de la France. Et donc par ricochet celui du taux du Livret A. Or, depuis 2012, les prix à la consommation ne cessent de chuter. En 2012, le taux de l'inflation s'élevait à 2%. En 2013, il était de 0,9%. Aujourd'hui, ils sont quasiment nuls (0,7% en mai), faisant apparaître un risque de déflation. Une inquiétude qui gagne toute l'Europe - ce qui a obligé le président de la Banque centrale européenne, la semaine dernière, à baisser son taux d'intérêt à... 0%.

infographie, taux livret A

Conséquence: le taux du Livret A, qui est revu deux fois par an, en janvier et en juillet, devrait mécaniquement tomber. Mais le gouvernement va-t-il encore décider de préserver le pouvoir d'achat des Français qui sont 60 millions à détenir un Livret A? Interrogé sur la question, le ministre des Finances, Michel Sapin a déclaré, ce jeudi matin sur BFM TV, qu'«il souhaitait préserver le pouvoir d'achat des Français». A la fin du mois de mai, le premier ministre, Manuel Valls n'avait, quant à lui, pas écarté une éventuelle baisse du taux de 1,25% à 1%. «Nous verrons, je ne commente pas les informations, les rumeurs. Nous avons encore quelques jours pour prendre un certain nombre de décisions», avait-il déclaré.

Si le taux venait à baisser, ce serait une nouvelle mauvaise nouvelle pour les Français, alors qu'il se dit que le président François Hollande pourrait ne pas tenir sa promesse électorale de doubler le plafond du Livret A. Bercy souhaite, en effet, désormais orienter l'argent des Français vers les entreprises.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant