Livret A : Sapin veut préserver le pouvoir d'achat de l'épargne

le
9
Livret A : Sapin veut préserver le pouvoir d'achat de l'épargne
Livret A : Sapin veut préserver le pouvoir d'achat de l'épargne

Alors que les prix à la consommation sont restés stables, l'inflation a augmenté, selon l'Insee, de 0,7% sur un an. Dans ce contexte, Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France, a indiqué, mercredi, que le taux du livret qui est actuellement de 1,25% pourrait logiquement baisser au mois d'août. En effet, le calcul pour la rémunération du placement préféré des Français, avec 60 millions de livrets et 266 milliards d'euros d'encours, prend en compte l'évolution de l'inflation et les taux d'intérêt sur le marché monétaire, qui sont au plus bas à 0,15%.

«Si la tendance actuelle de l'inflation se poursuit jusqu'au milieu du mois de juillet, effectivement le taux du livret A devrait baisser un peu et ce sera une bonne chose pour la relance de l'économie et pour la création d'emplois», a assuré Christian Noyer sur BFM-TV.

Mais pour le gouvernement, en période de crise et de baisse de pouvoir d'achat, la diminution du taux du livret A devient une affaire sensible. A la fin mai, Manuel Valls n'avait toutefois pas écarté une éventuelle baisse du taux du Livret A, de 1,25 à 1%. Au mois de janvier, le gouvernement avait décidé de maintenir le taux du Livret A à 1,25%.

De son côté, le ministre des Finances Michel Sapin, tout en précisant que la décision n'était pas encore prise, a souligné sur BFM-TV qu'il tenait «à conserver le pouvoir d'achat de l'épargne des français». Reste que cette posture est plus politique qu'économique. Maintenir artificiellement un taux d'intéret anormalement haut a au moins deux conséquences. Cela permet effectivement aux titulaires de livret A de gagner un peu d'argent, mais avec un effet pervers sur le reste de l'économie : moins d'argent pour financer le logement social.

Plus grave, peut-être : le taux du livret A sert en quelque sorte de baromètre aux autres taux d'intérêt qui, de facto, seront supérieurs à ce qu'ils devraient être. Du coup, les investisseurs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlemonn4 le jeudi 12 juin 2014 à 14:20

    Ces politiques n'ont toujours pas compris que les Français ne voulaient plus les voir et encore moins au niveau européen; l'Europe est entrain d'être dépecée, c'est un nivellement vers le bas par application du principe de vase communicant; et tout cela au nom de quoi ? L'Europe évite la guerre nous disent nos politicards n'ayant plus aucun autre argument à dire et en oubliant de dire qu'ils ont ravivé les nationalismes purs et durs; on sait comment tout cela malheureusement se termine toujours!

  • md24750 le jeudi 12 juin 2014 à 14:14

    Et ké k o n dit à Moosieu le vieux Sapin tout bouffi ? Les pauvres ne lui disent pas merci.

  • jodonnes le jeudi 12 juin 2014 à 13:56

    SAPIN ministre du travail a échoué, comme récompense, il a été nommé ministre des finances. Bonjour l'angoisse !

  • xela78 le jeudi 12 juin 2014 à 13:40

    Et pendant ce temps PARIS devient la ville la plus chère au monde après LONDRES.Alors leur 1% d'inflation c'est du PIPO.

  • frk987 le jeudi 12 juin 2014 à 13:38

    Comme vous dites M8252219 : 1000 euros à 1% c'est 10 euros....soit une perte de 2,5 euros par an, soit 20 cts par mois, absolument dramatique !!!!!!

  • surfer1 le jeudi 12 juin 2014 à 13:33

    Sapin ou le partage des miettes...

  • fbordach le jeudi 12 juin 2014 à 13:26

    Bientôt en négatif! Moi président, bla bla bla...

  • denisam1 le jeudi 12 juin 2014 à 13:22

    INFLATION francs euros 655 % exemple un paquet de tchou ros 2 f 50 2 € 50 !!!!!!!!

  • M8252219 le jeudi 12 juin 2014 à 12:15

    90% DES DÉPOSANTS ONT MOINS DE 1000 € SUR LEUR LIVRET A rémunéré à 1.25% cela fait 12.5 euros par an, ça au moins c'est défendre le pouvoir d'achat des épargnants !!! (une rigolade)