Livret A: la Banque de France propose une baisse limitée du taux, à 1,25%

le
0
DR
DR
(lerevenu.com) - Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a choisi de ne pas suivre la formule prévue par la loi à la lettre, car cela «conduirait à une forte variation et à un niveau inédit de la rémunération du Livret A», a expliqué l'institution dans un communiqué. Puisque M. Noyer a choisi de ne pas suivre cette formule, il revient désormais au ministre de l'Économie, Pierre Moscovici, de trancher ce que sera la rémunération du Livret A à partir de début août. Il peut suivre, ou non, la recommandation du gouverneur de la Banque de France.

La baisse du taux était inéluctable au regard de l'évolution récente des prix à la consommation, indicateur servant à son calcul. Mais son amplitude a cristallisé les attentes ces derniers jours.
M. Noyer avait prévenu que la rémunération allait tomber mécaniquement à 1 ou 1,25%. Mais le directeur général de la Caisse des Dépôts (CDC), Jean-Pierre Jouyet, un proche du président François Hollande, avait souligné le caractère politiquement délicat d'une baisse sous la barre de 1,5%.

Pour obtenir le taux théorique du Livret A, il faut majorer l'inflation de 0,25 point et arrondir au quart de point le plus proche. Or, l'inflation a atteint 0,8% sur un an (hors tabac) en juin, ce qui aurait dû donner 1%, soit un nouveau plancher pour ce livret créé en 1818.

La rémunération du Livret A a déjà été fixée à 1,25%, entre le 1er août 2009 et le 1er août 2010.
Christian Noyer a déjà décidé, à plusieurs reprises, de ne pas suivre la formule de calcul de son taux. La dernière fois, en début d'année, il avait recommandé à ce qu'il passe de 2,25 à 1,75% le 1er février dernier, alors qu'il aurait mécaniquement dû reculer à 1,50%.
 
En constatant que l'application de la formule conduirait à «une forte variation et à un niveau inédit de la rémunération du Livret A, le gouverneur a décidé que cette circonstance exceptionnelle justifiait qu'il soit dérogé à la stricte application des taux calculés, selon la formule de calcul en vigueur, ainsi que le règlement en prévoit la possibilité», a fait valoir la Banque de France. La baisse du taux de 0,5 point «permettrait de maintenir au cours des prochains mois une rémunération très largement positive de l'épargne réglementée tout en diminuant d'une façon significative le coût du financement de l'économie», a-t-elle ajouté dans le communiqué.

Les sommes déposées au Livret A sont centralisées à hauteur de 65% en moyenne par la Caisse des Dépôts, qui les utilise pour financer des logements sociaux notamment. L'abaissement de son taux lui permettra d'accorder des prêts à un prix plus attrayant puisque la rémunération des épargnants lui coûtera moins cher : «Cette baisse du taux des livrets réglementés va favoriser la reprise de la construction de logements sociaux et permettre aux collectivités locales et aux PME d'obtenir des conditions de financement plus favorables. Elle permettra donc de soutenir la reprise économique et la création d'emplois», a souligné Christian Noyer, cité dans le communiqué.

Outre le Livret A, le Livret de développement durable (LDD) et le Livret d'épargne populaire (LEP), destiné aux personnes ayant des revenus modestes, vont voir leur rémunération abaissée le 1er août prochain. La Banque de France a recommandé qu'elle soit fixée à 1,25% pour le LDD et à 1,75% pour le LEP.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant