Livre : confidences d'un chauffeur de taxi

le
0
Livre : confidences d'un chauffeur de taxi
Livre : confidences d'un chauffeur de taxi

Pour les millions de gens qu'il a embarqués dans son taxi depuis vingt-cinq ans, Toufik Abou-Haydar n'est qu'un chauffeur de la G7. Un crâne un peu dégarni dépassant de l'appuie-tête, un regard bienveillant et rêveur croisé dans le rétroviseur... Discret, ponctuel, le genre à vous tendre un mouchoir en papier si vous reniflez et à vous demander si la radio ne vous dérange pas. Qui peut s'imaginer qu'en 1991, quand il a pris le volant d'une vieille Peugeot 505 délabrée surmontée d'un lumineux, il se disait « je fais ça six mois pour me renflouer, et après j'écris un bouquin pour raconter l'expérience » ? L'expérience a rempli la moitié de la vie de ce Libanais érudit exilé à Paris, qui se rêvait réalisateur ou scénariste. Et c'est à 50 ans qu'il publie enfin « Confidences passagères » (Max Milo), les premiers Mémoires jamais rédigés par un chauffeur de taxi parisien. Un régal de tranches de vie, d'anecdotes, de hasards, où parfaits inconnus et people se croisent sur sa banquette comme sur le divan d'un psy.

« A l'origine, il y avait 400 pages », confit-il, de la voix anormalement calme et posée de celui qui subit les bouchons et l'hystérie de la circulation depuis tant d'années. « J'en ai vécu, vu et entendu, des choses... Et encore -- il insiste -- j'ai respecté l'intimité de mes passagers. J'ai une éthique, une sorte de secret professionnel. Vous ne pouvez pas vous imaginer ce que les gens, même célèbres, confient à un chauffeur de taxi. »

Mannequins, journalistes, chanteurs... « Au moins une fois par semaine, je sursaute en regardant dans le rétroviseur, ou bien je reconnais une voix familière », sourit Toufik. Son livre évoque avec tendresse le souvenir d'un Guillaume Depardieu, fantasque, qui s'assoit sur le siège passager... et le supplie de lui laisser le volant. Ou du couturier Jean-Charles de Castelbajac, qui sort son carnet à dessins et lui croque des petits anges, « pour me ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant