Livraison de repas à domicile : « Il n'y a aucun contrôle ! »

le , mis à jour à 07:47
0
Livraison de repas à domicile : « Il n'y a aucun contrôle ! »
Livraison de repas à domicile : « Il n'y a aucun contrôle ! »

Comme les chauffeurs Uber, les coursiers à vélo des plates-formes de livraison de repas à domicile ne roulent pas tous dans les clous de la loi. Selon les témoignages que nous avons recueillis, certains profitent d'un système hors contrôle et du manque de vigilance — volontaire ou pas — des plates-formes. Etienne* est coursier chez Deliveroo depuis neuf mois, mais il ne déclare qu'une partie de ses revenus : le nombre d'heures travaillées. Les pourboires, commissions par livraison et autres bonus lui restent net d'impôts.

 

« Je ne peux travailler que vingt heures par semaine en tant qu'étudiant étranger. Je gagne seulement 1 000 €. Si vous enlevez les cotisations, puis le loyer, la nourriture... Il ne reste plus grand-chose. Si je déclare tout, je ne peux plus vivre... » Selon ses dires, cette resquille est courante dans le milieu, presque nécessaire. Mais d'autres combines sont plus radicales.

 

Des combines pour gagner plus

 

Ainsi, Martin* travaillait simultanément pour Take Eat Easy et Deliveroo jusqu'au début de l'été. Payé au smic dans son ancien travail, il frappe à la porte de ces deux plates-formes avec comme objectif d'améliorer son niveau de vie. Alors pour gagner le plus possible, à quoi bon déclarer ses revenus ! ? « Il n'y a aucun contrôle, ça passe facile ! » lance, bravache, le jeune homme de 22 ans, qui a embarqué ses copains dans l'histoire. « Pour que mes amis puissent travailler hors statut, nous avons utilisé à quatre mon numéro Siren (NDLR : un numéro indentifiant les entreprises et les autoentrepreneurs) », explique-t-il sans gêne. En clair, Deliveroo et Take Eat Easy émettaient des factures à différents noms, sans se rendre compte que ces livreurs disposaient tous du même numéro Siren. « Nos équipes vérifient toutes les situations et informations des bikers mais, comme dans n'importe quelle entreprise, nous ne sommes pas à l'abri d'éventuels mensonges », ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant