Livraison de Mistral à la Russie : décision «courant novembre», annonce Le Drian

le
10
Livraison de Mistral à la Russie : décision «courant novembre», annonce Le Drian
Livraison de Mistral à la Russie : décision «courant novembre», annonce Le Drian

Paris fait durer le suspense dans le feuilleton Mistral. Ce mardi, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a indiqué que François Hollande rendra sa décision sur la livraison controversée du premier des deux navires Mistral à la Russie « courant novembre».

 

Début septembre, le chef de l'Etat avait indiqué qu'il prendrait sa décision à la fin du mois d'octobre et qu'il n'envisageait pas de donner son autorisation à la livraison du premier des deux porte-hélicoptères si les conditions politiques autour de la crise ukrainienne, alors très tendues, ne changeaient pas. C'est ce qu'a rappelé ce mardi le ministre de la Défense qui s'exprimait devant la presse lors de l'inauguration du salon Euronaval au Bourget. Le 16 octobre, François Hollande avait par ailleurs réaffirmé que le cessez-le-feu en Ukraine devait être «entièrement respecté» pour que Paris livre le «Vladivostok».

Les déclarations de Jean-Yves Le Drian sont sans doute motivées par les informations publiées lundi par Ria Novosti. Citant un représentant des chantiers STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), où les deux navires sont construits, l'agence de presse russe indique que la cérémonie de livraison du «Vladivostok» serait fixée au 14 novembre. Cette même source souligne cependant qu'il s'agit d'une date non officielle, même si le personnel des chantiers se prépare à la cérémonie pour ce jour-là.

Ces dernières semaines, le navire a effectué des essais en mer au large de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) où il a été construit par les chantiers navals. Depuis le 30 juin, la ville accueille 400 marins russes venus pour se former sur le « Vladivostok» et le «Sébastopol», dont la vente à la Russie avait été conclue en juin 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy pour 1,2 milliard d'euros. Ces deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) pouvent transporter des hélicoptères, des chars ou accueillir un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • m.bouil4 le mardi 28 oct 2014 à 18:38

    Ce suspense devient insoutenable

  • jf2007 le mardi 28 oct 2014 à 18:03

    comme dab tout ca pour rien! heu si fini les gros contrats et bonjour le chomdu

  • ZvR le mardi 28 oct 2014 à 17:58

    Les américains ont envie de plomber ce qu'il reste d'industrie française. C'est une bonne occasion pour eux.

  • pbenard6 le mardi 28 oct 2014 à 17:23

    je parie que les russes vont avoir leurs bateaux

  • fbordach le mardi 28 oct 2014 à 17:23

    Si on ne le livre pas ce n'est pas la parole de Culbuto, qui s'éteindra en 2017 qui est mise en doute mais la crédibilité de la France à l'export, pour tous les gros marchés étatiques: Nucléaire, aéronautique, armement... Ceci dit, ce n'est pas grave, notre balance commerciale est tellement excédentaire que l'on peut s'en passer!

  • ronanpas le mardi 28 oct 2014 à 17:20

    dehors de l'aspect commercial et financier, la france doit respecter ses contrats et sa parole un point c'est tout sans parler du préjudice, c'est l'image de notre pays qui est mal menée

  • squal72 le mardi 28 oct 2014 à 17:16

    Des comiques !!! Remettre un contrat commercial en cause avec les Russes !!! Qui peut se le permettre aujourd'hui !!! Sommes nous dirigés par des brelles ????

  • vette350 le mardi 28 oct 2014 à 17:02

    Ben voyons, comme si nous avions les moyens de se passer du petit chèque.....grotesque !

  • rraclot le mardi 28 oct 2014 à 17:01

    Nous sommes des "Rigolos"... C'est ça les affaires?... Nous questions nous sur les fournitures d'armes des USA?

  • nestotor le mardi 28 oct 2014 à 17:00

    ben si on livre pas, faut rembourser, payer des penalités et passer pour des nocs,, donc c'est tout vu, pepere peut gesticuler tout ce qu'il veut.