Liverpool-Séville, finalistes invincibles de C3

le
0
Liverpool-Séville, finalistes invincibles de C3
Liverpool-Séville, finalistes invincibles de C3

Ce mercredi, Liverpool et Séville s'affrontent en finale de l'Europa League. A l'issue de la rencontre, pour la première fois, une des deux équipes va perdre une finale de C3. Retour sur les batailles remportées par deux clubs jusque-là invincibles.

  • Liverpool 3-2 (en cumulé) Borussia Mönchengladbach (1973)


    La première victoire européenne des Reds après 80 ans d'existence. Et Dieu sait qu'elle n'a pas été facile. A l'époque, la finale de la Coupe de l'UEFA se joue encore en double confrontation. Avant d'affronter Mönchengladbach, les Anglais ont bouffé de l'Allemand pendant toute la compétition. Ils ont déjà éliminé l'Eintracht Francfort, le Dynamo Berlin et le Dynamo Dresde. Le match aller à Anfield est repoussé d'un jour à cause des intempéries. Le contre-temps parfait pour que Bill Shankly puisse réfléchir à un coup tactique. Il titularise finalement John Toshack. Le géant gallois est impérial dans le domaine aérien et permet à Kevin Keegan d'inscrire un doublé dès la première demi-heure. A l'heure de jeu, Larry Lloyd triple la mise. Un but ultra-important, car au retour, les Reds vont se faire peur et s'incliner deux zéros, sur un doublé de Jupp Heynckes. Qu'importe, Liverpool tient son trophée.

    Youtube
  • Liverpool 4-3 (en cumulé) FC Bruges (1976)


    Une finale, ça se gagne au mental. Lors du match aller, les hommes de Bob Paisley sont cueillis à froid à Anfield. En moins d'un quart d'heure, les voilà déjà menés 2-0. La finale est presque déjà pliée. Mais en cinq minutes, tout change. Entre la 60e et la 65e minute, Liverpool renverse totalement la donne et marque trois fois. Ray Kennedy, Jimmy Case - qui a remplacé John Toshack à la mi-temps - et Kevin Keegan scorent tour à tour pour une victoire 3-2. Au match retour, les Reds ne retiennent pas la leçon et se retrouvent menés dès la 11e minute. Mais ils resteront virtuellement perdants pendant seulement quatre minutes. Kevin Keegan, encore lui, égalise, et permet à Liverpool de s'imposer. Comme un symbole, les Anglais passent un cap et remportent la Ligue des Champions lors des deux années suivantes en gagnant en finale contre leurs victimes favorites :…





  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant