Liverpool, la dernière chance

le
0
Liverpool, la dernière chance
Liverpool, la dernière chance

Ce soir, face à Bâle, Liverpool n'a pas d'autre choix que de gagner pour continuer sa route dans la plus prestigieuse des compétitions européennes. Un autre résultat l'enverrait en Ligue Europa ou pire encore si Ludogorets bat le Real Madrid à Bernabéu. Mais ça, c'est une autre histoire.It's a win or go home. Il s'agit presque d'un match 7 de play-offs NBA. Oui, les Reds, cinq fois vainqueur de la Ligue des champions, n'ont plus le choix. Après un parcours jusque-là désastreux, avec notamment trois défaites dont deux face au Real Madrid et une face à Bâle, pour seulement une très courte victoire à Anfield face à Ludogorets, Liverpool n'est que troisième de son groupe. Une troisième place qui fait tâche au vu du groupe abordable, du standing du club et de son effectif. Revenu en C1 par la grande porte après une excellente saison 2013-2014, les coéquipiers de Steven Gerrard ne sont pas en bonne posture pour s'imposer à Anfield. "Nous voulons nous inspirer des derniers matchs que nous avons fait, confie Joe Allen. Les encouragements que nous allons recevoir durant ce match vont être un facteur important lors de ce match". Oui, le public d'Anfield va être à fond derrière son équipe. Mais les soucis sont ailleurs : la qualité de jeu proposée par l'équipe de Brendan Rodgers depuis le début de la saison laisse à désirer malgré un regain de force ces dernières semaines. "Nous sommes uniquement concentrés sur la victoire, a déclaré Brendan Rodgers en conférence de presse. Ça va être une soirée magnifique et c'est à nous de faire le boulot pour se qualifier". À l'aller, la défaite d'un seul petit but des Reds face aux Suisses avait déjà montré les faiblesses des Anglais. Avec l'infirmerie aussi pleine que celle d'Arsenal (Sturridge, Balotelli ou encore Sakho pour ne citer qu'eux), le match risque d'être plutôt tendu.
"Bâle est meilleur que Liverpool "
Seulement neuvièmes de Premier League avec déjà 15 points de retard sur le leader Chelsea, Liverpool est dans le dur, comme lors de ces années 2010 et 2011 avec le recrutement massif à prix d'or de ces joueurs anglais comme Stewart Downing, Andrew Carroll ou encore Jordan Henderson, seul survivant au club. Le problème est simple : Liverpool ne fait plus peur et Anfield n'est plus une forteresse imprenable. À la différence de la saison dernière où les Scousers n'avaient perdu que deux matchs dans leur antre, ils affichent un bilan de seulement cinq victoires sur douze à la maison, toutes compétitions confondues. Offensivement, le problème est le même. Quand l'année dernière, la moyenne de but était supérieure à deux buts par match, quand on fait la somme des...

It's a win or go home. Il s'agit presque d'un match 7 de play-offs NBA. Oui, les Reds, cinq fois vainqueur de la Ligue des champions, n'ont plus le choix. Après un parcours jusque-là désastreux, avec notamment trois défaites dont deux face au Real Madrid et une face à Bâle, pour seulement une très courte victoire à Anfield face à Ludogorets, Liverpool n'est que troisième de son groupe. Une troisième place qui fait tâche au vu du groupe abordable, du standing du club et de son effectif. Revenu en C1 par la grande porte après une excellente saison 2013-2014, les coéquipiers de Steven Gerrard ne sont pas en bonne posture pour s'imposer à Anfield. "Nous voulons nous inspirer des derniers matchs que nous avons fait, confie Joe Allen. Les encouragements que nous allons recevoir durant ce match vont être un facteur important lors de ce match". Oui, le public d'Anfield va être à fond derrière son équipe. Mais les soucis sont ailleurs : la qualité de jeu proposée par l'équipe de Brendan Rodgers depuis le début de la saison laisse à désirer malgré un regain de force ces dernières semaines. "Nous sommes uniquement concentrés sur la victoire, a déclaré Brendan Rodgers en conférence de presse. Ça va être une soirée magnifique et c'est à nous de faire le boulot pour se qualifier". À l'aller, la défaite d'un seul petit but des Reds face aux Suisses avait déjà montré les faiblesses des Anglais. Avec l'infirmerie aussi pleine que celle d'Arsenal (Sturridge, Balotelli ou encore Sakho pour ne citer qu'eux), le match risque d'être plutôt tendu.
"Bâle est meilleur que Liverpool "
Seulement neuvièmes de Premier League avec déjà 15 points de retard sur le leader Chelsea, Liverpool est dans le dur, comme lors de ces années 2010 et 2011 avec le recrutement massif à prix d'or de ces joueurs anglais comme Stewart Downing, Andrew Carroll ou encore Jordan Henderson, seul survivant au club. Le problème est simple : Liverpool ne fait plus peur et Anfield n'est plus une forteresse imprenable. À la différence de la saison dernière où les Scousers n'avaient perdu que deux matchs dans leur antre, ils affichent un bilan de seulement cinq victoires sur douze à la maison, toutes compétitions confondues. Offensivement, le problème est le même. Quand l'année dernière, la moyenne de but était supérieure à deux buts par match, quand on fait la somme des...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant