Little Marcel

le
0
Little Marcel
Little Marcel

Arrivé en Autriche sous les critiques de l'opinion publique en novembre 2011, Marcel Koller a progressivement retourné la tendance en l'espace de cinq ans pour devenir aujourd'hui le héros national qui a qualifié le pays à sa première compétition internationale depuis 1998. Le tout après un Euro 2008 où la sélection autrichienne était qualifiée d'office et avait explosé en plein vol.

Le premier jour, c'était une cible. Un homme jugé par tous en place publique. De l'avis de tous, son nom n'était pas assez clinquant. "Il n'a pas travaillé depuis deux ans. L'idéal à ce poste aurait été Andreas Herzog. Il connaît le fonctionnement de la sélection, a été manager général, adjoint et entraîneur des espoirs. Le sélectionneur de l'Autriche doit être autrichien. C'est comme ça." Au fil des années, Herbert Prohaska, sélectionneur de la Wunderteam entre 1993 et 1999 et dernier homme à avoir conduit l'Autriche à une compétition internationale majeure en 1998, faisait et défaisait l'opinion. Son influence sur le football autrichien semblait certaine, sauf qu'en ce début de novembre 2011, l'ÖFB, la Fédération autrichienne de football, a décidé de le désavouer. Cette fois, le temps des regrets n'a plus sa place. Alors le président Leo Windtner a pris ses responsabilités et a décidé de trancher le débat en installant sur le banc de la sélection un homme au CV jugé faible : Marcel Koller, un ancien international suisse (56 sélections), double champion dans son pays, en 2000 avec Saint-Gall et en 2003 avec Grasshopper, et dont la carrière d'entraîneur peine à décoller au plus haut niveau malgré un bon passage à Bochum. C'était il y a maintenant un peu moins de cinq ans. Cinq années de révolution interne, tactique, sportive pour un épilogue en forme de pied de nez le 9 septembre dernier après une victoire éclatante en Suède (4-1) : Koller est face à son assistance, il croque une baguette, un béret sur les cheveux gris. L'Autriche vient de se qualifier pour l'Euro 2016, Koller de devenir un héros national.

Youtube

Le sélectionneur normal


Sur le papier, c'est un exploit : l'Autriche a terminé largement en tête de son groupe de qualifications devant la Russie et la Suède tout en ne perdant aucune rencontre (9 victoires, un nul). Les statistiques sont parlantes et la troupe de Marcel Koller n'a encaissé que cinq buts, portée par une ligne défensive intouchable emmenée par le champion d'Angleterre Christian Fuchs, le prometteur Dragović (25 ans et déjà six titres de champion sur le CV) et le latéral droit de Stuttgart Florian Klein. En interne, on peut parler…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com