Little Marcel

le
0
Little Marcel
Little Marcel

Pilier du maintien de Toulouse en fin de saison dernière, Marcel Tisserand est, depuis, revenu à Monaco où il cherche à se faire une place entre les gros bras de la concurrence. Entre une envie totale de s'imposer dans son club formateur et la porte ouverte à un départ qui serait un déchirement.

Ce jour-là, il était au fond d'une salle vidéo, le visage fermé et concentré, comme à son habitude. Les yeux brillent dans le silence alors que face à lui, son entraîneur prend aux tripes tout un groupe. Il ne le sait pas encore, mais, à la fin de cette journée, lui aussi sera un héros. L'histoire est aujourd'hui connue de tous : dix matchs pour espérer, dix matchs pour que l'impensable devienne réalité, dix matchs pour que Toulouse arrache son maintien en Ligue 1 et, au final, ce retournement de situation historique sur la pelouse d'Angers au soir de la dernière journée de championnat grâce à "la patte gauche". Celle de Yann Bodiger au bout d'une intuition folle de son entraîneur Pascal Dupraz. Ce maintien est le sommet du système Dupraz. Il y a quelques mois, l'entraîneur toulousain, débarqué à la rescousse en mars dernier, expliquait alors avoir trouvé "un groupe meurtri mais un effectif avec une mentalité de travail". Il ne jure que par ça : le travail, la mentalité et le combat. Lui-même s'est longtemps battu pour se faire accepter dans un milieu qui a aimé lui coller des étiquettes. Mais cette quête incroyable est surtout une histoire de choix, dont celui d'avoir remodelé l'axe central d'une défense alors avant-dernière de Ligue 1 avec 47 buts encaissés. Dès sa première feuille de match couchée au Vélodrome, Dupraz décale Marcel Tisserand aux côtés du gamin Issa Diop. Pour ne plus rien bouger et retourner le destin.

Le stand-up en avion


"Avant d'arriver à Toulouse, j'avais déjà vu plusieurs matchs où Marcel montrait des facultés à s'installer dans l'axe. Bien m'en a pris au final. On a beaucoup discuté à mon arrivée pour le faire progresser dans son jeu. Je lui ai demandé ce que j'attendais en priorité d'un défenseur : le voir défendre, pas forcément avec esthétisme mais avec assurance. Reste que Marcel a aussi cette qualité dans la relance, les duels aériens, c'est un vrai défenseur complet.", pose l'entraîneur toulousain. Comme un délic. "L'arrivée de Pascal Dupraz et son repositionnement dans l'axe ont été un changement brutal. Marcel a besoin de prendre des responsabilités, c'est ce qu'il demande et c'est ce que le coach lui a donné, explique l'historique Pantxi Sirieix, au club depuis 2004. C'était son deuxième prêt chez nous et on a toujours…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant