Liste des Bleus : Deschamps le conservateur

le
0

Peu de changements, une première convocation (Martial) et surtout des inquiétudes qui subsitent : pour les matches amicaux face au Portugal (4 septembre) et à la Serbie (7 septembre), DD a repris les vieux pots pour en faire une nouvelle liste.

A moins d'un an de l'Euro, l'occasion était belle de bousculer les codes, et surtout, de mettre un coup de peinture sur cette Equipe de France dont les derniers résultats ne pouvaient qu'inquiéter. Pourtant, au moment d'annoncer sa liste, Deschamps a préféré jouer la prudence, la frilosité même. Car à une ou deux exceptions près, le groupe des 23 Bleus qui s'en ira au Portugal le 4 septembre avant de recevoir la Serbie le 7 conserve l'ossature qui causa ses errements passés. Si DD est un homme de choix, force est de constater que ceux-ci ne se sont pas faits surprenants.

Martial, la confirmation d'un talent


En réalité, la seule nouveauté réside dans la sélection d'Anthony Martial. D'ailleurs, la présence de Deschamps en tribunes face à Valence n'avait que peu trompé : l'attaquant monégasque était dans le collimateur. Vif, adroit, rapide, le jeune homme de 19 ans fête ainsi sa première cape. Et c'est mérité. Car si la finition peut encore laisser à désirer, le remous qu'il est capable de provoquer dans le couloir gauche devrait satisfaire Deschamps qui cherche encore son animation le long des lignes blanches. Martial, plus qu'un choix, une évidence, tant le potentiel saute aux yeux et laisse à penser que la relève de l'attaque française passera par ses pieds. Et si d'aucuns rétorqueront qu'il ne doit sa sélection qu'aux forfaits de Lacazette et N'tep, une simple apparition sur le terrain pourrait être à même de faire s'évaporer les doutes des sceptiques. Mais les principaux doutes ne concernaient pas les avant-postes. C'est derrière, là où les défenseurs centraux n'arrivent pas à se fixer et les latéraux pataugent que DD avait un réel à chantier à relever. Résultat, rien ou presque, puisque que Sakho se doit de céder, faute de temps de jeu, face à l'éclosion de Kurt Zouma. Une situation difficile pour le symbole de la révolte ukrainienne, mais une logique de clubs, puisque barré à Liverpool, Mamad' ne peut que constater l'ascension de l'ancien Stéphanois sous le maillot des Blues. Peut-être le seul choix fort de Deschamps, qui se prive de l'un de ses hommes de confiance pour installer un jeune loup aux dents longues.

Rien ne se perd, rien ne se transforme


Car à regarder le reste de la liste, la morosité est de mise. Peu rassurante, la charnière Koscielny-Varane devrait être reconduite, tandis qu'à droite, la famine continue de sévir. Debuchy remplace…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant