Lisbonne va soutenir Espirito Santo avec l'aide de l'UE-sces

le
0

(Actualisé avec précisions) LISBONNE, 3 août (Reuters) - La banque portugaise en difficulté Banco Espirito Santo BES.LS , devrait être scindée en deux parties, avec une "bonne" et une "mauvaise" banque, par le recours à un plan d'aide élaboré par Lisbonne et les autorités européennes, a-t-on appris dimanche de sources proches du dossier. Le plan est censé permettre de préserver l'existence d'une banque menacée de sombrer avec l'effondrement de l'empire financier de sa famille fondatrice. Le soutien proviendra au moins pour moitié des six milliards d'euros encore à la disposition du Portugal, qui est récemment sorti du cadre des plans d'aides internationaux, ont dit les sources. Les fonds serviront à financer un fonds de résolution spécial monté en 2012 par le Portugal qui injectera à son tour des liquidités dans la nouvelle entité Banco Espirito Santo qui regroupera les actifs sains, ont-elles encore déclaré. Les actions BES devraient être rayées de la cote et il est probable que les actionnaires perdront leur investissement, précisent-elles. Une des sources a déclaré que l'injection de fonds serait d'au moins quatre milliards d'euros. L'emploi du fonds de résolution bancaire, que Banco Espirito Santo devra rembourser in fine, doit permettre de contenir les répercussions politique qu'aurait eu un sauvetage de la banque directement financé par des fonds publics alors que le Portugal sort à peine d'une douloureuse récession. Les sources ont déclaré que le dossier du sauvetage de la banque était élaboré avec la coopération de représentants de la Banque centrale européenne et de la Commission européenne et il devrait être officialisé dimanche soir, mais la complexité du projet pourrait contraindre les différents acteurs à en reporter l'annonce à lundi. Ce sauvetage survient après que la banque eut annoncé vendredi une perte bien plus élevée que prévu et qu'elle était bien plus exposé que ce que l'on pensait jusqu'alors à une myriade de sociétés appartenant à la famille Espirito Santo. Ces précisions, associés à une enquête sur de possibles activités illégales de la banque, ont provoqué un affolement chez les actionnaires au moment même où Banco Espirito Santo préparait une augmentation de capital. Après une semaine désastreuse, au cours de laquelle l'action de la banque a perdu 75% de sa valeur, les autorités gouvernementales et la banque centrale ont dû admettre qu'un sauvetage public était la seule solution, ont dit des sources gouvernementales. Les contours de la gestion de la "bad bank" sont encore flous, mais il semble qu'elle soit amenée à regrouper en son sein les actifs toxiques les plus exposés à la famille Espirito Santo. (Andrei Khalip, Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux