Lisbonne se prépare à une cure d'austérite

le
0
Les représentants du FMI, de la BCE et de la Commission européenne envisageraient des coupes dans les 13e et 14e mois des fonctionnaires, des privatisations ainsi que de profondes réformes du marché du travail.

Les représentants du FMI, de la BCE et de la Commission européenne ont commencé lundi à discuter des conditions du sauvetage du Portugal. Le rendez-vous est crucial pour Lisbonne qui, sans l'aide internationale chiffrée à 80 milliards d'euros, aura le plus grand mal à honorer le 15 juin une «tombée de dette» de 5 milliards. L'objectif est d'arriver à un accord avant la prochaine réunion de l'Ecofin, prévue le 17 mai.

Face à cette troïka, c'est un gouvernement démissionnaire qui doit défendre les intérêts de Lisbonne. Les socialistes devront s'assurer du soutien du PSD (centre droit), premier parti de l'opposition et favori des sondages pour les élections générales du 5 juin prochain. Pour ne rien arranger, la négociation se déroule sous la pression des marchés. Les primes de risque associées à la dette portugaise ont encore augmenté.

Les analystes s'attendent à des mesures d'extrême rigueur. Le point de départ des discussions devrait être le quatrième

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant