Lion Cecil : la justice américaine pourrait être saisie du cas Walter Palmer

le
0
Lion Cecil : la justice américaine pourrait être saisie du cas Walter Palmer
Lion Cecil : la justice américaine pourrait être saisie du cas Walter Palmer

L'agence gouvernementale chargée de la conservation, de la protection et du développement de la vie sauvage aux Etats-Unis (USFWS) a ouvert une enquête après la mort du lion Cecil au Zimbabwe, tué par un dentiste américain.  Une parlementaire de l'Etat du Minesotta, Betty McCollum, avait pour sa part demandé au ministère américain de la Justice et à l'USFWS «d'ouvrir une enquête pour voir si la législation américaine a été violée en matière de conspiration, de corruption de responsables étrangers, et de chasse illégale d'espèces ou d'animal protégés».

Les révélations sur le tueur du célèbre animal du parc national de Hwange, ont suscité l'émoi et l'indignation mondiale, les appels se sont multipliés pour que justice soit rendue. « Appâter et tuer un animal menacé, comme ce lion d'Afrique, pour un sport ne peut être qualifié de chasse, mais plutôt de démonstration de cruauté scandaleuse et insensible», juge ainsi Betty McCollum.

Malgré l'ouverture de l'enquête, le docteur Palmer restait introuvable, et Dan Ashe, directeur de l'agence gouvernementale chargée de la conservation, de la protection et du développement de la vie sauvage, a officiellement demandé au dentiste ou à son représentant de bien vouloir se présenter. De son côté, la justice zimbabwéenne a inculpé mercredi Theo Bronkhorst, l'organisateur de safari de grande chasse pour «ne pas avoir empêché une chasse illégale». Le procès d'un second homme impliqué dans la chasse a été ajourné ce jeudi.

#CecilTheLion #CNN reporting Dr. Palmer seeking to cooperate. EZ to do. U or ur representative please contact #USFWS immediately.— Dan Ashe (@DirectorDanAshe) 30 Juillet 2015

En attendant, des dizaines de peluches de lions, tigres et singes ont été déposées devant le cabinet dentaire de Walter Palmer. Les gens ont également laissé de nombreuses pancartes, dont l'une l'invitait à «pourrir en enfer». La page Facebook ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant