Limogeage de Batho : Royal enfonce le clou

le
4
Limogeage de Batho : Royal enfonce le clou
Limogeage de Batho : Royal enfonce le clou

Batho et Royal ne sont pas prêtes à se réconcilier. «Delphine Batho ne m'a plus adressé la parole depuis ma défaite aux primaires» du PS en 2011. «Elle n'a jamais décroché son téléphone, ni répondu aux messages que je lui envoyais. Cette attitude, je l'ai trouvée extrêmement blessante.» Dans une interview au Courrier de l'Ouest qui paraît aujourd'hui, Ségolène Royal, l'ex-candidate à la présidentielle en 2007, exprime toute la rancoeur qu'elle a envers son ancienne porte-parole. «C'est quand même moi qui lui ai offert une circonscription que j'avais prise à la droite en 1988 et que j'avais durablement installée à gauche», a lâché, amer Ségolène Royal.

Cette dernière visait un siège de députée à La Rochelle après avoir cédé en 2007 à Delphine Batho celui de Melles qu'elle détenait dans les Deux-Sèvres. Elle avait été battue en 2012 par un dissident du PS, Olivier Falorni.

Elle écarte toute entrée au gouvernement

Revenant sur l'éviction de l'ex-ministre de l'Ecologie du gouvernement Ayrault, Ségolène Royal estime que «si elle a eu si peu de soutien, c'est qu'elle s'est mal comportée sur le plan humain, vis-à-vis de Jean-Marc Ayrault, ce qui a beaucoup choqué». La «solidarité gouvernementale» était selon elle «nécessaire». Une critique déjà formulée début juillet. Royal avait estimé que les déclarations de Batho étaient un «mauvais coup» porté au gouvernement. «Quand on est dépositaire d'une confiance, on doit respecter ceux qui vous font confiance et qui vous confient des tâches éminentes. Quand on est ministre, on a plus de devoirs que de droits».

Par ailleurs, la présidente de Poitou-Charentes a annoncé dans le Courrier de l'Ouest sa volonté de briguer un nouveau mandat lors des élections régionales de 2015. «Ma préoccupation actuelle, c'est la région. D'ailleurs, les élections régionales, c'est pour 2015. Il va falloir commencer à y songer, et je compte bien ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3493130 le lundi 22 juil 2013 à 10:25

    Choquant de dire j'ai offert une circonscription...Les électeurs n'appartiennent à personne.On se croirait à l'époque féodale! Mme Batho a été limogée sans doute car elle gênait par ses dires. Elle gardera le bénéfice de sa nomination pour le reste de sa vie et c'est déjà beaucoup trop!

  • M1531771 le lundi 22 juil 2013 à 10:08

    Et en matière de confiance elle sait de quoi elle parle, tenez un exemple, le peuple de gauche qui faisait confiance à la royal pour sa déclaration d'ISF (pour mémoire 270 000 une maison à Mougins avec piscine) ont pas du être déçus de découvrir ça à gauche...!!!! MDR Quoi qu'il en soit, la bécasse n'est bientôt plus rien pour nous, a force plus personne ne va lui faire confiance et elle aura bientôt plus aucun mandat électif, seul poste qu'elle occupera, ce sera un poste accordé par son ex !

  • miez1804 le lundi 22 juil 2013 à 09:29

    «C'est quand même moi qui lui ai offert une circonscription que j'avais prise à la droite en 1988 et que j'avais durablement installée à gauche», voila a quoi sert notre argent,a financer la petit gueguerre de gamins!Degouttant, tous DEHORS!

  • paumont1 le lundi 22 juil 2013 à 08:03

    Madame batho fait partie es gens qui disent la vérité, en conséquence elle se devait d'être exécutée, ce qui fut fait. Les socialistes utilisent les mêmes méthode que poutine; Tu t'opposes on te vire , tu parles on t'exécute.